Fanfics – Digimon Savers épisode 10.5

Digimon Savers épisode 10.5

Taishou s’occupe seul d’une enquête ! Quand le temps s’en mêle !

écrit par Emilie


statut :   complet
type :   oneshot
chronologie :    entre l’épisode 10 et 11
date d’écriture : entre 2007 et 2010


Dans la salle de contrôle du DATS, les différents membres effectuaient leur travail en essayant de faire cela très rapidement car très bientôt la catastrophe ambulante et son partenaire arriveraient depuis le collège et risqueraient de provoquer un dégât, au minimum, ce qui leur donnerait deux à trois fois plus de travail pour réparer.
Au même moment, Masaru et Agumon firent irruption subitement dans la pièce, le jeune homme tenant un tas de cassettes entre ses mains qu’il déposa vivement sur le bureau de son supérieur en manquant d’écraser au passage Kudamon, qui était étendu là, et ne dut sa survie qu’à un réflexe instinctif.

_Masaru, qu’est que ce bordel ? demanda Kudamon d’un ton sévère.
_Ce n’est pas du bordel ! répliqua Masaru. Ce sont des preuves pour une affaire !
_Depuis quand tu arrives à trouver une affaire ? fit Kudamon narquois.
_Répète ça ! s’écria Masaru. As tu oublié l’affaire de Hasaye, sale fouine ? C’est pas moi qui l’ai trouvé en premier ?
_Satsuma et moi avons remarqué cette affaire bien avant toi, dit Kudamon d’un ton innocent mais assez moqueur aussi.
Constatant que son ami s’énerver envers le partenaire de leur supérieur et que ce ne pouvait pas être bon pour lui, Kyoko se releva vite de son fauteuil et courut vers lui, posant sa main sur son épaule.
_Calme toi, Masaru, dit Kyoko. Explique-nous ça.
_D’accord, répondit Masaru en se calmant un peu. Hier soir, je ne sais pas si vous saviez mais il y avait un match de tennis pour le tournoi professionnel préfectoral.
_Je ne regarde pas le sport, dit Yoshino en haussant les épaules.
_En le regardant, j’ai remarqué une chose étrange … les mouvements d’un joueur était très rapides et l’autre très lents, dès le commencement du match, commença Masaru.
_Ce n’est pas si étrange, intervint Tohma. Il arrive parfois qu’un sportif soit dans une très mauvaise forme lors d’un match. C’est effectivement rare mais c’est possible.
_J’avais pensé à une faiblesse aussi, approuva Masaru, et ce matin j’ai discuté avec un copain fan de tennis … il m’a appris que ce n’était pas la première fois où un match avec Matsuda Katsuo connaissait un tel phénomène …
Marquant une pause, le jeune homme regarda son auditoire qui semblait s’intéresser davantage à son exposé: Miki et Megumi s’étaient retournées pour écouter, Tohma et Gaomon écoutaient en silence, Yoshino et Raramon restaient concentrées et Kyoko et Salamon semblaient les plus attentives, spécialement Kyoko. Seul Kudamon ne paraissait pas éprouver d’intérêt, en apparence seulement.
_Après les cours, je suis rentré chez lui où il m’a montré plusieurs cassettes, reprit Masaru. Chaque fois, c’est pareil, Matsuda semble inépuisable et son adversaire rate tout.
_Je crois qu’une affaire ne serait pas inutile, songea Tohma.
_Même si ce n’est pas un digimon, c’est très louche, approuva Raramon. Qu’un sportif connaisse une mauvaise passe dans un match, ça va, mais plusieurs …
_Sans compter que cela concerne toujours le même sportif, ajouta Kyoko. Ce serait trop extraordinaire comme coïncidence.
_Cependant il faut rester vigilant, dit Gaomon. Lorsque de l’affaire sur Hayase, nous pensions souvent qu’il était coupable mais l’entourage était plus suspect.
_Gaomon a raison, approuva Tohma. Il faut enquêter rationnellement sur ce sportif et son entourage sans aucun préjugé.
_Ce pourrait être très bien un digimon seul, comme avec Kyo-ni-san, suggéra Kyoko.
_Arrêtez de vous perdre en hypothèses, intervint Salamon. Enquêtons et nous verrons bien qui est le coupable.
_Salamon a raison, reconnut Kudamon. Je ne devrai pas prendre la décision sans Satsuma mais nous pouvons donc ouvrir l’investigation sur le sportif Matsuda Katsuo.
_Non, c’est parfaitement inutile ! s’exclama une voix derrière eux.
Surpris, toute l’équipe se retourna pour découvrir leur taishou juste derrière eux et parurent davantage étonnés que celui ci empêcha le début d’une investigation
_Taishou, fit Tohma. Pourquoi est-ce inutile ? Matsuda …
_J’ai déjà réalisé une enquête, répondit Satsuma, et il n’y a rien qui nous concerne.
_Mais ces phénomènes lors des matchs … , commença Masaru.
_Il n’y a rien qui nous concerne, répéta Satsuma d’une voix ferme.
Soucieux, Kudamon observa son partenaire un long moment et essaya de se rappeler si celui ci lui avait parlé d’une telle affaire.
_Satsuma, tu ne m’as jamais parlé de cette affaire, dit Kudamon d’un ton de reproche.
Conservant un regard comme à son habitude, Satsuma s’avança vers son bureau et sentant de la colère en son partenaire, il tendit un doigt qu’il posa entre les oreilles du digimon.
_Ce n’était pas très important, Kudamon, dit Satsuma.
_Au DATS, nous ne sommes pas sensés cacher de choses sur une affaire potentielle, Satsuma, principalement quand il s’agit de partenaires, rappela Kudamon d’un ton sec.
_Pour une fois, c’est taishou qui se fait disputer, glissa Yoshino très bas à Kyoko en se retenant de rire et même de sourire.
_J’espère que ça ne durera pas longtemps, lui répondit Kyoko éprouvant du mal à réprimer un rire au fond de sa gorge.
_Enfin tout va bien, conclut Satsuma. Au fait, j’oubliais …
Rapidement, il se tourna légèrement afin d’observer chacun de ses membres, humains comme digimon, avant de reprendre la parole:
_J’ai des choses importantes à faire au ministère et je ne sais pas quand je serai rentré, peut être même pas avant demain ou après-demain, continua Satsuma. Kudamon, peux tu t’occuper du DATS pour moi ?
Observant son partenaire, Kudamon sembla perdu dans ses pensées car il ne répondit rien du tout. Derrière eux, Masaru et Agumon se tapaient dans la mais tandis que Yoshino et Kyoko affichaient de grands sourires et les deux filles, Miki et Megumi, devant leur moniteur s’étaient mises debout en levant leurs bras comme en signe de victoire. Seuls Tohma et Gaomon demeuraient parfaitement stoïques, tous deux ne comprenant rien à cette si soudaine ambiance de gaieté.
_Kudamon ? fit Satsuma un peu étonné du manque de réaction de son partenaire.
En entendant son nom, le digimon émergea de ses pensées et hocha de la tête.
_Oui, je gérerai tout, répondit Kudamon. Tu peux me faire confiance.
_Amusez-vous bien, taishou, s’exclama Masaru.
_N’hésitez pas à prolonger un peu, si vous avez trop de travail, ajouta Yoshino.
_On est grands et on saura se débrouiller quelques jours, précisa Kyoko avec un grand sourire.
Amusé, Satsuma songea que des membres inférieurs en grade ne changeraient jamais : quand un supérieur délaissait son poste pour une brève absence, ce serait toujours la fête. Néanmoins le taishou du DATS avait bien envie de leur ôter toute cette joie et se retourna vers eux.
_Si vous vous souvenez, Kudamon reste ici, dit Satsuma. Or, il est beaucoup plus à cheval que moi sur le règlement. Sans compter que s’il a un reproche à vous faire, il peut se montrer plus que sournois.
En l’espace d’un seul instant, tous les sourires venaient de disparaître laissant un grand silence planer dans la salle. Tohma et Gaomon ne semblaient toujours rien comprendre.
_A bientôt, tout le monde, les salua Satsuma en passant la porte qui se referma derrière lui.
_Ce type ! Il sait comment plomber l’ambiance ! grommela Masaru.
_En plus, avec Kudamon … c’est même plus la peine de penser à discuter sans travailler trop à un dossier ou de boire un café tranquillement … Taishou le tolère mais Kudamon tout seul ne le fera pas, soupira Yoshino. C’est le pire !
_Ca vous fera du bien de travailler en dehors des périodes de combats, fit Salamon. C’est comme Kyoko … Je suis sur qu’elle ne sera capable …
Sans laisser le temps au digimon de poursuivre, Kyoko l’attrapa par ses oreilles et lui étira longuement ce qui fit souffrir beaucoup celui ci.
_Il est temps de se remettre au travail, dit Tohma d’une voix ferme.
Chacun s’apprêtait à rejoindre un ordinateur, sauf Masaru et Agumon qui avaient une interdiction formelle de s’approcher de toute machine plus compliqué qu’un taille-crayon à moins de dix mètres. En passant près du bureau au centre de la pièce, Raramon remarqua que Kudamon avait un air étrange, ne bougeant plus du tout.
_Kudamon ? fit Raramon. As tu un souci ? Es tu malade ?
_Satsuma … , murmura Kudamon en baissant la tête. Il m’a menti …

Pendant ce temps, Satsuma avait déjà quitté l’immeuble du DATS d’un pas rapide et emprunté une rame de métro. Celui ci avait retiré comme n’importe quel membre son uniforme au profit d’un imperméable gris.
Quand il arriva à la destination qu’il souhaitait, il descendit et marcha dans la rue jusqu’à un assez large bâtiment, un club de tennis, où il rentra.
A l’intérieur, il passa rapidement devant le comptoir à l’accueil et se rendit dans les vestiaire où deux hommes d’à peu près son âge discutaient ensemble, déjà vêtus avec un tee-shirt blanc, un short blanc et des baskets blanches. En apercevant Satsuma, ils sourirent et le saluèrent poliment.
_Konnichiwa Satsuma-san, dit le premier, un brun aux cheveux courts.
_Konnichiwa Nakajima-san, répondit Satsuma puis se tourna vers l’autre. A toi aussi, Ito-san.
_Merci, Satsuma-san, dit Ito, un homme aux cheveux noirs tombant sur ses épaules.
_Pour quelqu’un de bien occupé, tu viens souvent ici, fit remarquer Nakajima.
_J’ai beaucoup à rattraper, fit Satsuma en éludant la question. Avez-vous vu le dernier match qui est passé hier ?
_Rater un match de Matsuda-sama ? s’écria Ito comme si Satsuma venait de dire un odieux juron. Je l’ai enregistré et vu déjà deux fois ! Il est si génial !
_Matsuda-sama est si fort, approuva Nakajima. Vous avez vu comme ses adversaires paraissent toujours si faibles ? Il va avoir bientôt quarante ans et on dirait qu’il est aussi fort qu’à ses débuts !
_Non ! Il est encore plus fort, intervint derrière eux.
Se retournant, les trois hommes découvrirent la présence d’un nouveau venu, un jeune homme âgé d’une dizaine d’années de moins que Satsuma aux cheveux violets, courts et en bataille.
_Que veux-tu dire, Inoue-san ? l’interrogea Ito.
_Regarde chacun des matchs de cette saison ! Il envoie des coups toujours plus puissants et ses adversaires paraissent si faibles ! Non ! Il a vraiment progressé, insista Inoue.
_Matsuda-sama est le meilleur, déclara Nakajima d’un ton enjoué.
_En attendant, Matsuda-sama ne revient pas au club aujourd’hui ? demanda Ito. Après tout, il a remporté le tournoi préfectoral !
_Oui, assura Inoue. Je suis sur qu’il sera là !
Un bon quart d’heure plus tard, tous les quatre se tenaient sur différents courts extérieurs dans l’enceinte du club. Se tenant devant un mur, Satsuma ne cessait de renvoyer contre celui ci une balle à l’aide de sa raquette, surveillant en même temps les membres du club présents.
Sur les courts, Inoue, Nakashima et Ito jouaient chacun contre un membre. Cinq ou six membres faisaient eux aussi des matchs. Enfin deux ou trois autres s’entraînaient en frappant le mur de leur balle avec leur raquette.
Durant plusieurs heures, Satsuma se contenta d’observer le terrain en jouant aussi deux matchs contre deux personnes différentes, les remportant très facilement ce qui étonna tout le monde car il prétendait n’avoir qu’un niveau de débutant.
Soudain le grand joueur, Matsuda Katsuo, apparut au milieu des courts ce qui amena rapidement tous les membres vers lui. Tandis que ci semblaient très excités, Satsuma avait rejoint son mur le criblant de balles tout en surveillant très attentivement le joueur.
L’après-midi se déroula le plus normalement possible, chaque membre voulant demander des conseils à Matsuda ou jouer contre lui. Celui ci prenait beaucoup de temps et de plaisir à satisfaire leurs demandes.
Quand l’après-midi fut achevée, la nuit commençant à tomber, il ne resta plus que Satsuma, occupé à s’entraîner contre le mur, et Matsuda. Celui ci arpenta les cours et finit par se retrouver devant lui.
_Que faites-vous ici ? s’étonna Matsuda. Ne devriez-vous pas rentrer ?
_Je rentrerai quand tu auras joué un match contre moi, répondit Satsuma en se retournant.
_Tu es un insolent, constata Matsuda avec un sourire narquois, mais je vais te montrer qui je suis et tu vas rentrer chez toi rapidement.

_Comment ça taishou a menti ? s’écria Masaru. Qu’est que ça veut dire, bon sang ?
La tête penchée vers le bas, le petit renard digimon n’avait plus prononcé une seule parole, perdu à nouveau dans ses pensées. En face de lui, Masaru était entré en colère cherchant à en savoir davantage quand Kyoko posa sa main sur son épaule.
_Calme-toi, Masaru-kun, dit Kyoko. C’est inutile de passer tes nerfs sur lui.
_Je veux savoir pourquoi il a dit ça, bougonna Masaru. Taishou est un homme et un homme ne ment jamais !
Levant les yeux au ciel devant l’affirmation aussi puérile du jeune homme, Tohma estima qu’il valait mieux l’ignorer et se tourna vers Kudamon.
_Es tu vraiment sur que taishou pourrait avoir menti ? l’interrogea Tohma. Je ne vois pas la moindre raison de cela.
_Comme vous autres, je ressens ce qu’exprime ses expressions, ses paroles, ses gestes … et là, je sens clairement qu’il a menti, répondit Kudamon les sourcils froncés. Il n’a rien à faire au ministère. D’ailleurs si cela avait été le cas, j’aurai vu ses sourcils se froncer.
_C’est vrai que nous, digimon, ressentons beaucoup mieux que vous, humains, les sentiments de nos partenaires et un changement d’humeur, approuva Gaomon.
_C’est vrai ! C’est vrai ! s’exclama Agumon. Hier, j’ai vu aniki en tenue de sport et j’ai tout de suite compris qu’il avait quelque chose de différent !
Tout le monde se sentit alors désespéré devant une telle bêtise malgré l’habitude du digimon à dire n’importe quoi tandis que Masaru se contenta de lui donner un bon coup de poing qui l’étendit sur le sol, incapable de dire un mot sur le sujet.
_Il n’empêche que je ne vois pas de raison à ce mensonge, reprit Tohma soucieux.
_Je crois que je viens de voir un lien, annonça Yoshino.
Assise devant un ordinateur, la jeune fille s’était tournée vers ses compagnons, son écran affichant des images du joueur de tennis Matsuda Katsuo.
_Je cherchais des informations sur l’affaire trouvée par Masaru, commença Yoshino, et j’ai fouillé tout son parcours quand j’ai remarqué quelque chose …
_Qu’est que c’est ? demanda Kyoko.
_Matsuda a commencé à jouer au tennis très jeune, à l’école primaire, puis a joué en club au collège et devenu capitaine au lycée, leur apprit Yoshino. Mais le plus intéressant est …
_Plus vite, Yoshino, la pressa Tohma. Tu n’es pas au théâtre !
_Le plus intéressant, reprit Yoshino en jetant un regard noir au garçon blond, est que son club avait pas mal d’adversaires sérieux quand il était au lycée. Néanmoins un d’eux se dégageait nettement grâce à une seule personne, le capitaine, qui n’était autre que …
_Tohma a dit de te dépêcher, lança Masaru agacé.
_Donc ce capitaine n’était autre, poursuivit Yoshino en jetant un regard noir à Masaru, que Satsuma Rentarou. D’après les informations trouvées, il a cessé de jouer au tennis après avoir quitté l’université tandis que Matsuda est devenu un pro.
_Taishou a vraiment joué au tennis ? s’exclama Kyoko stupéfaite.
_Je savais que Satsuma aimait beaucoup ce sport mais il ne m’a jamais dit qu’il y avait joué par le passé, fit Kudamon soucieux.
_S’il a connu ce Matsuda, je comprend qu’il ait choisi de s’occuper de l’affaire seul. Cela doit probablement lui déchirer le cœur de voir une personne avec laquelle il a partagé des moments forts être suspectée de crime digimon, dit Gaomon.
_Ne sois pas stupide, Gaomon, répliqua Tohma. Taishou sait que nous devons être impartiaux dans notre travail et …
_Il n’y a pas si longtemps, tu n’as été aussi gêné par une affaire, master ? fit Gaomon.
_Ce n’est pas le souci, trancha Tohma d’un ton sec. Toutefois il faut faire quelque chose. Si taishou fait quelque chose, c’est dangereux.
_En plus, Matsuda connaît taishou et s’il s’aperçoit qu’il est après lui, il pourrait s’en prendre à lui, paniqua Yoshino. Kudamon n’est même pas avec lui pour le protéger !
_Kudamon, nous devons le retrouver et l’aider, dit Kyoko en se tournant vers Kudamon.
_Non ! protesta Masaru. Nous ne pouvons pas nous en mêler !
_Masaru ! Ne fais pas l’enfant, s’écria Tohma.
_Masaru-kun, tu ne veux quand même pas laisser taishou tout seul ? demanda Kyoko.
_Puisque taichou a choisi de le faire seul, c’est un combat homme à homme et personne ne doit s’impliquer dans un combat homme à homme, expliqua Masaru.
_C’est le pire … , soupira Yoshino en posant sa main contre son front.
_Kudamon … dis quelque chose … , fit Raramon.
_Pour une fois, je suis d’accord avec Masaru, déclara Kudamon. Cela n’aidera pas Satsuma si vous intervenez dans cette affaire.
_Vous avez vu ? se vanta Masaru d’un ton insolent.
_En plus, c’est vrai que c’est la première fois qu’il dit que tu fais un truc bien, ajouta Agumon qui se prit un poing sur la tête deux secondes plus tard.
_Cependant je sens qu’il aura besoin de moi, reprit Kudamon. Je vais vous faire confiance et vous demander de gérer au mieux au DATS. N’oubliez pas de garder loin de tout appareil précieux la catastrophe naturelle qui sévit par chez nous.
_Je ne comprends toujours pas ce que ce terme veut dire, aniki, avoua Agumon.
_Une catastrophe naturelle peut être un volcan, un séisme, un typhon, une tornade … je n’ai jamais vu ça ici, ajouta Masaru en se grattant la tête.

Sur le court de tennis, la nuit avait complètement tombée quand Matsuda tomba à genoux lâchant sa raquette au sol. Il ne parvenait pas à croire quelqu’un d’inconnu avait pu le battre si battre. Comment savait-il que ses revers à gauche étaient mauvais ? Dès le commencement du match, il n’avait cessé de l’attaquer sur ce point et il avait éprouvé beaucoup de mal à renvoyer les balles.
Soucieux et intrigué, il songea qu’il n’existait qu’une seule personne dans ce monde à connaître le secret pour remporter la victoire dans un match contre lui.
_Rentarou-kun ? l’appela Matsuda.
Lentement, Satsuma quitta son côté du terrain et s’avançant vers lui, s’immobilisant quelques centimètres près de lui.
_Cela faisait longtemps, Katsuo-kun, dit Satsuma.
_J’aurai du comprendre plus vite que seul toi pouvait me battre comme ça, songea Matsuda. Tu as décidé de rejouer au tennis ?
Fronçant les sourcils, Matsuda essaya de comprendre son ami derrière les lunettes noires de celui ci, avec un regard étrange.
_Aurais-tu l’intention de reprendre une carrière ? demanda Matsuda.
_Je suis trop âgé pour ça, répondit Satsuma.
_L’âge n’est rien, rétorqua Matsuda. Seul compte le talent !
Reprenant sa raquette, il se releva puis se mit à jongler avec une balle grâce au côté de la raquette durant plusieurs minutes.
_Tant que j’aurai du talent, je continuerai, déclara Matsuda.
_Je comprends, acquisa Satsuma avec un sourire. Quand tu as joué toute ta vie, ce doit être si dur de devoir arrêter.
_C’est une chose impossible, confirma Matsuda. Dis, tu regardes mes matches, j’espère ?
_J’ai déjà raté un match de tennis ? fit Satsuma avec un petit sourire moqueur.
_Et tu as entendu parler des rumeurs sur moi ces derniers temps ? reprit Matsuda.
_Hum … Celles où on dit que tu triches à cause de tes victoires faciles ? évoqua Satsuma.
_Ouais … Tu les crois ?
_Quand tu as quitté le lycée en première année, nous avons compris que la prochaine fois qu’on se verrai, nous serions des adversaires, tu as promis alors que tu serais pour toujours un adversaire loyal, rappela Satsuma. J’ai toujours cru en toi.
_Je vois … , murmura Matsuda. C’est gentil …
_Que vas-tu faire ce soir ? voulut savoir Satsuma.
_J’ai des choses plutôt importantes à faire avec mon manager, répondit Matsuda en se redressant. Tu m’excuseras ?
_C’est bon, assura Satsuma avec un sourire.
Après avoir salué son ami et ancien rival, Matsuda quitta le terrain laissant Satsuma seul quand Kudamon s’approcha de lui et sauta sur un banc, le visage exprimant la désapprobation.
_Le ministère t’a demandé de jouer au tennis ? demanda Kudamon de son ton plus le cynique.
_Qu’est que tu fais là, toi ? s’étonna Satsuma en se tournant vers lui.
_Je suis venu voir si mon partenaire pouvait démêler une enquête seul, répondit Kudamon. Il semble que tu en sois en incapable.
_Que veux tu dire ? s’étonna davantage Satsuma. J’ai su enquêter bien avant de te rencontrer.
_Tu es un très bon enquêteur, approuva Kudamon, mais dans cette enquête, tu ne seras pas capable de trouver la vérité seul.
_Je peux très bien le faire, assura Satsuma.
_Tu ne vois pas alors que Matsuda est coupable ? fit Kudamon. Son corps tout entier tremblait, légèrement, il est vrai, mais il tremblait. Tu lui faisais peur.
_Pourquoi aurait il peur de moi ? demanda Satsuma en haussant les épaules.
_Il avait peur que tu reprennes une carrière, tu connais son point faible, ce qui aurait marqué un déclin de son parcours, reprit Kudamon.
_Quand nous étions jeunes, nous jouions comme ça. Au contraire, c’est stimulant d’avoir un rival pour permettre de s’améliorer, répliqua Satsuma.
_Quand tu joues enfant ou amateur sûrement, reprit Kudamon, mais Matsuda est passé joueur pro et a goûté à la gloire, Satsuma. Il n’est plus la personne que tu as connu.
_Tu ne le connais pas, Kudamon, se défendit Satsuma.
_Ensuite quand tu lui a rappelé sa promesse, il est devenu encore plus troublé, continua Kudamon. Je suis sur que c’est à cause de ce qu’il fait.
_N’importe qui est troublé par des souvenirs d’enfants, réfuta Satsuma en détournant.
_Tu es vraiment plus têtu qu’une mule … , soupira Kudamon.
La tête tournée pour ne pas voir son partenaire, et encore moins être vu par celui ci, Satsuma semblait très sombre et troublé. Même s’il ne l’avouerait pas au digimon, ces remarques étaient plus que pertinentes et chacune de ces phrases avaient semblé faire l’effet d’un coup de poignard à son cœur. Quelle pouvait être la vérité ? Katsuo était il coupable ou savait juste des choses sur le sujet et n’avait pas le droit de parler ou juste des soupçons mais n’était absolument sur de rien ?
_Satsuma ? Quel est ton avis sur l’affaire ? voulut savoir Kudamon soucieux.
_Katsuo-kun n’est pas le coupable, affirma Satsuma d’un ton ferme.
Devant une telle réaction immuable et basée seulement sur l’obstination, Kudamon baissa la tête dans un profond soupir.
_Rappelez-moi ce que j’ai fait pour être le partenaire de cette mule ?
_Parmi tous les tous les dieux qu’on prie dans ce monde et s’il en existe, ne serai-ce qu’un seul, faites que cette affirmation soit vraie, songea Satsuma mentalement.

Plusieurs jours s’étaient écoulés durant lesquels Satsuma avait évité de se rendre au club de tennis, préférant surveiller les lieux discrètement depuis l’extérieur. Il préférait ne pas y aller trop souvent afin de ne pas paraître suspect, à moins que ce n’était pour ne pas voir Matsuda ? Depuis son digivice, Kudamon n’était pas tout à fait sur de la bonne réponse.
Pendant ce temps, à l’intérieur, Matsuda se tenait très souvent sur les courts à surveiller les entraînements des membres. Il venait de sortir d’un match et alla s’asseoir sur un des bancs où était déjà un jeune garçon de douze ans en train de boire un soda avec une paille.
_Vous vous sentez d’attaque pour le prochain tournoi ? demanda l’enfant.
_Daisuke-kun, pourquoi perdrais-je ? l’interrogea Matsuda surpris. Tu ne crois plus en moi ?
_Si bien sur, répondit Daisuke en se redressant vivement. Cependant j’ai entendu une rumeur que votre ancien rival de lycée comptait revenir dans les tournois nationaux …
_Quoi ? s’exclama Matsuda, les yeux s’écarquillant en grand.
_C’est le seul à connaître le moyen de vous battre … , ajouta Daisuke en baissant la tête. Si c’est vrai, les choses vont devenir ennuyeuses …
_Rentarou-kun … Alors c’est pour ça que tu es revenu … , songea mentalement Matsuda. Mais je suis différent d’avant … cette fois, je gagnerai !

Le lendemain, Satsuma s’était entraîné toute l’après-midi au club, acceptant quelques matchs mais passant aussi beaucoup de temps à envoyer sa balle contre le mur ce qui lui permettait d’observer chaque membre en constatant que son ami n’était pas présent.
Quand il ne resta plus personne sur le terrain, Satsuma quitta son point d’observation pour se rendre au court central où venait d’arriver Matsuda.
_Je te remercie d’avoir accepté ma demande, dit Matsuda avec un sourire. La dernière fois, je n’étais pas fond mais je tiens à te montrer que je suis devenu fort.
_Nous verrons bien lequel des deux est le meilleur, répondit Satsuma.
Se séparant tous deux, chacun se positionnèrent sur un côté du court, arquant ses jambes. Matsuda prit une pièce et la lança en l’air qui déclara qu’il commençait à servir. Celui ci se redressa et lança un bon service qui fut incroyablement rapide et atterrit près du pied gauche de Satsuma sans que celui ci l’ai vu venir.
_Comment … ? fit Satsuma stupéfait en fixant la balle à ses pieds.
_Me suis-je amélioré, Rentarou-kun ? fit Matsuda en riant.
_Comme je t’ai souvent dit, aucun match ne se finit avant la fin, répliqua Satsuma.
Se concentrant au maximum, Satsuma utilisa une bonne dose de puissance pour frapper la balle. Celle ci commença à partir comme un boulet de canon quand elle se mit à ralentir progressivement et perdit beaucoup de vitesse. Elle arriva alors à portée de la raquette de Matsuda qui n’eut qu’à donner un simple coup dedans. Celle ci partit à toute vitesse et tomba devant Satsuma en quelques secondes.
_Kudamon … , murmura Satsuma en touchant d’un doigt son digivice attaché à sa ceinture.
_C’est très déconcertant, Satsuma, mais je ne comprends pas, avoua Kudamon.
_Mes balles sont frappées avec force et ralentissent mais les siennes augmentent en puissance … C’est impossible … , dit Satsuma. Quel est son secret ?
_Je ne ressens pas de signal digimon, ajouta Kudamon en fronçant les sourcils.
_Si un digimon est mêlé à l’affaire, peut être qu’il est dans une pièce protégée empêchant les signaux de passer, supposa Satsuma.
Durant deux set complets et la moitié du troisième, Satsuma ne cessa d’envoyer de très puissantes balles mais celles ci ralentirent à chaque fois permettant à Matsuda de les rattraper. Il les envoya au côté opposé où il se tenait mais le ralenti lui donnait largement de rejoindre l’endroit. Ensuite il était incapable d’arrêter la balle comme si elle arrivait subitement.
Au bout d’un moment au milieu du troisième set, Satsuma trébucha et tomba au sol. Il resta un court instant là et se demanda comment il pouvait espérer gagner un match aussi compliqué. Brusquement, il se souvint d’une technique habituelle qu’il utilisait souvent au lycée lors des tournois : lire dans les mouvements de l’adversaire pour deviner où il frapperait. En employant cette tactique et sautant pour atteindre l’endroit, il avait une chance de se refaire.
Se relevant, il renvoya la balle que Matsuda rattrapa très facilement puis se concentra pour prêter attention au positionnement de sa raquette. Il vit alors que celle ci était vers le bas indiquant que la balle viendrait d’en haut. Aussitôt il commença à lever sa raquette et quand la balle partit, il laissa sa raquette aller en arrière puis la ramenant en avant en employant beaucoup de force. Quand la balle arriva, elle heurta le cordage et fut renvoyée par le choc et la puissance de l’énergie donnée par Matsuda tandis que Satsuma la dirigea vers un côté vide. Celle ci l’atteignit très rapidement et elle toucha terre.
_Bravo, Satsuma, le félicita Kudamon. C’est un joli coup.
_Le match n’est pas fini, répliqua Satsuma.
De l’autre côté, Matsuda fixa la balle enfoncée dans le sol, halluciné, se demandant comment Satsuma avait pu accomplir un tel miracle.
Utilisant cette nouvelle méthode, Satsuma revint dans le match, ne laissant plus à son adversaire marquer un set supplémentaire finissant le match 7-2.
_Tu t’es amélioré de beaucoup, déclara Satsuma, mais j’ai l’impression que moi aussi.
_C’est exact, approuva Matsuda. Tu es vraiment un excellent joueur.
_Est ce que tes sentiments sont sincères, mon ami ? se demanda Satsuma. As-tu juste été étonné par ton ami ou le fait de te voir menacé ?
_J’ai quelque chose à faire, dit Matsuda. Tu rentres ?
_Non, je vais entraîner encore un peu, répondit Satsuma en jonglant avec sa raquette.
_D’accord, accepta Matsuda.
Quand son ami fut parti, Satsuma s’installa contre un mur où il laissa Kudamon sortir de son digivice à condition de se cacher sous un banc au cas où une personne viendrait puis lança sa balle contre le mur.
Assis sur son arrière-train sous le banc, Kudamon se grattait la tête avec l’extrémité de sa queue en se demandant si son partenaire compter taper dans sa baballe toute la nuit. Il se décida à l’interroger sur ses intentions une vingtaine de minutes plus tard.
_Satsuma, qu’as tu l’intention de faire ? demanda Kudamon.
Comme si son activité demandait trop d’effort pour cela, Satsuma fit sembla de ne rien entendre se contenta de frapper fort dans la balle.
_Je ne suis pas le partenaire d’une mule mais d’un troupeau complet, soupira Kudamon.
Une heure s’écoula durant laquelle Satsuma continuait à frapper sa balle avec autant de force et d’acharnement tandis que Kudamon s’était allongé au sol se demandant s’il n’allait pas s’endormir d’ennui.
Soudain le petit digimon se redressant percevant un bruit, remarquant le changement de position de sa partenaire, Satsuma jeta un discret coup d’œil derrière puis récupéra sa balle avec sa raquette avant de l’envoyer avec force à l’arrière. Celle ci tomba plusieurs mètres plus loin mettant à terre un Hagurumon.
_Si quelqu’un en veut après ma vie, qu’il vienne le faire en face et non en utilisant un digimon, dit Satsuma d’une voix bien forte. Je veux connaître l’identité du coupable, savoir si j’ai eu raison ou tort de croire en un ami !
_Tu voulais en venir là … , comprit mentalement Kudamon.
Lentement, une forme émergea de l’ombre et finit par se révéler être Matsuda qui courba alors la tête pour ne pas croiser le regard de Satsuma.
_Je devine que notre amitié est morte … , murmura Matsuda.
_Pourquoi t’es tu servi d’un digimon pour tricher ? voulut savoir Satsuma.
_C’est le nom de cette créature ? fit Matsuda à voix basse. Ecoute … quand on a notre âge, un joueur pro est fini et n’a plus d’avenir, juste bon pour être entraîneur …. Ce digimon a une autre forme lui donnant le pouvoir de contrôler le temps …
_Je vois … Clockmon … , déduisit Kudamon pour lui-même.
_En se servant de ce pouvoir, il accélérait tes balles et tes mouvements tandis que ceux de ton adversaires se ralentissaient, termina Satsuma.
Matsuda confirma d’un simple hochement de tête.
_Seul toi a réussi à trouver une parade, ajouta Matsuda. Comment as-tu fait ?
_Je connais les digimon depuis longtemps et je me doutais qu’un digimon devait être derrière cette affaire même si j’ai voulu croire que tu en étais innocent, expliqua Satsuma.
_Comment croire en une personne perdue de vue ? fit Matsuda.
_Je suis toujours resté droit et je n’ai changé mes convictions, répondit Satsuma. Même si je sais que les gens changent, j’espérais que toi non.
_Je vois … , murmura Matsuda.
_Pourquoi ?
_Je ne veux pas entraîner des jeunes pour être ce que je ne serai plus. Ma vie est sur un court pas un côté, s’exclama Matsuda avec force.
_Ne comprends-tu pas que c’est le sens de toute vie ? fit Satsuma. Quand nous sommes jeunes, nous accomplissons à fond notre travail sur le terrain mais passé un certain âge, il est temps de passer le flambeau et de guider les plus jeunes que nous vers le chemin de l’avenir afin de transmettre la flamme de l’éternité.
_Que veux tu dire ? s’étonna Matsuda.
_Le sens de la vie est de naître, grandir et mourir. Chaque génération se doit de donner à la suivante le flambeau et lui permettre d’assurer un avenir aussi bon, même meilleur à la suivante, reprit Satsuma.
_Je vois … , murmura Matsuda en baissant la tête.
_Je regrette que tu n’ais jamais comprit cela, fit Satsuma.
_Comme tu travailles dans la police, tu vas me dénoncer, comprit Matsuda.
_Je ne dirai rien car tu ne te souviendras de rien, révéla Satsuma gravement.
_Je ne comprends pas, avoua Matsuda.
_J’appartiens à une organisation veillant à dissimuler l’existence des digimon au public et quand une personne comme toi découvre ce secret, nous devons effacer ces souvenirs liés au digimon, expliqua Satsuma.
_Donc je vais perdre mes souvenirs … , réalisa Matsuda en baissant la tête. Et ceux avec toi ?
Ne répondant rien, Satsuma se contenta de baisser la tête pour ne pas voir son ami.
_Le coût pour tout ça est bien élevé finalement, songea Matsuda.
_Ne t’inquiètes pas, Katsuo-kun, je conserverai pour toujours nos souvenirs au fond de mon cœur, promit Satsuma. Je n’oublierai jamais.
_Tu me pardonneras d’avoir trahi ma promesse ? fit Matsuda.
Satsuma sourit faiblement et hocha de la tête puis prit son effaceur de mémoire et libéra un flash de lueur blanche faisant perdre connaissance au tennisman. Tandis qu’il alla s’asseoir sur le banc, Kudamon sortit de sa cachette et alla détruire Hagurumon d’un puissant rayon de lumière. Ensuite il se tourna et vit Satsuma ressentant le désespoir et la tristesse de celui ci même s’il en montrait aucun signe extérieurement.
_Je suis désolé, Satsuma, dit Kudamon en s’asseyant près de lui.
_Pourquoi ? Tu avais raison, lui rappela Satsuma.
_Pour une fois, je souhaiterai avoir toi, avoua Kudamon. Même si j’apprécie avoir raison, sentir le désespoir et la tristesse dans ton cœur me désole. Je ne veux pas avoir raison à ce prix là, Satsuma.
Ne répondant rien, Satsuma appuya sa tête contre le mur observant longuement le terrain.
_Pourquoi trahissons-nous nos rêves d’enfants, Kudamon ? demanda Satsuma.
_Je ne sais pas, avoua Kudamon. Certaines personnes peuvent agir différemment à l’âge adulte. Peut être que leur caractère n’est pas assez fort …
_Je ne ferai plus confiance en les autres dans une prochaine enquête. Je douterai de tout le monde tant que je n’aurai pas de preuves maintenant, déclara Satsuma.
A ce moment, il tourna la tête puis posa main sur le dos du digimon.
_Excepté toi, Kudamon, reprit Satsuma.
_Merci, Satsuma, murmura Kudamon en fermant les yeux.

Le lendemain après-midi au DATS, Satsuma se tenait comme à son habitude dans son fauteuil avec Kudamon autour de ses épaules quand la porte s’ouvrit pour laisser entrer Masaru et Agumon, Tohma et Gaomon, Yoshino et Raramon et Kyoko et Salamon.
_Taishou ! Vous êtes revenu ! s’exclama Kyoko ravie.
_C’est bien de vous revoir, dit Yoshino.
_Comme je vous l’ai dit, notre taishou est un homme et un homme finit toujours par revenir vers les siens, déclara Masaru en levant le poing.
_Ouais, ouais ! un homme revient toujours, ajouta Agumon comme pour confirmer.
_Il est vraiment quelque chose … , soupira Tohma.
_Yes, master, approuva Gaomon en soupirant aussi.
_Comme vous le dites si bien, je suis revenu mais vous allez ressortir, annonça Satsuma.
_Comment ça ? s’étonna Kyoko.
_Il y a un signal digimon repéré au secteur B-43, reprit Satsuma d’une voix forte. Dépêchez-vous de vous y rendre maintenant !
_Oui, taishou ! répondirent les membres du DATS en chœur en partant rapidement.
_Tu ne changeras jamais, Satsuma, conclut Kudamon légèrement amusé.

Fin de l’histoire