Accueil » Fanfics » Fanfics – La folle journée de Suguru

Fanfics – La folle journée de Suguru

La folle journée de Suguru

écrit par Emilie


statut : complet
type : oneshot
chronologie : dix-sept ans après la fin de Digimon Savers
date d’écriture : entre 2007 et 2010


Dans la chambre des parents ainés, de forts ronflements se faisaient entendre : Suguru dormait toujours, les couvertures rejetées sur lui et ses doigts serraient la queue de Leormon qui ronflait encore plus fort que lui.
Devant la glace, Sayuri s’affairait à s’habiller correctement et se coiffer, portant une robe très jolie. Lorsqu’elle eut fini, elle se tourna vers le lit et s’avança vers son mari caressant doucement ses cheveux.

_Suguru-san ? fit Sayuri.
_Hum … , grommella Suguru encore endormi.
_J’y vais, souffla Sayuri. Je te laisse la garde des enfants. Amusez-vous bien !
Caressant la joue de son mari d’un doigt, la jeune femme se pencha et déposa un léger baiser sur sa joue avant de s’éloigner.
_Oui … c’est ça … , murmura Suguru.
Durant quelques minutes, il se retourna en essayant de se rendormir puis se souvint que son épouse lui avait demandé quelque chose.
_Leormon … Sayuri a demandé quoi déjà ? demanda Suguru en baillant.
_S’occuper des enfants … , répondit Leormon avec plusieurs baillements.
_C’est ça …

Durant plusieurs minutes encore, il ne réalisa pas encore la signification de ses mots. Soudain toutes les petites neurones de son cerveau semblèrent se connecter car il se redressa d’un coup en poussant un formidable hurlement :
_NANIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?
Aussitôt il sauta du lit s’habillant rapidement en songeant que Sumaru, Masako et Shirase se levaient toujours très tôt. Durant ce temps, Leormon s’était approché de la fenêtre et sauta sur le rebord quand son partenaire le remarque.
_Leormon ! cria Suguru. Si tu es un homme, tu dois m’aider !
_Tu plaisantes, j’espère ? répliqua Leormon. Je me souviens maintenant de la discussion d’hier soir et je n’ai pas envie de devenir fou !
_Explique-moi onegai ! réclama Suguru.
_Pas envie, lança Leormon. Amuse-toi bien, Suguru chéri !

En même temps, il courba les pattes et sauta à travers la fenêtre ouverte avant de se mettre à courir pour s’éloigner le plus possible.

A présent que son partenaire avait fui sur ces paroles, Suguru ressentit une certaine pointe d’inquiétude puis se ressaisit. Il prit une forte inspiration en se répètant qu’un homme n’avait peur de rien et ne renonçait jamais à une tâche confiée.
Ainsi le fameux Messie du Digital World descendit l’escalier et se rendit dans le salon où il demeura sous le choc plusieurs minutes.

Dans la pièce se trouvaient huit enfants et sept digimon. Dans le canapé, Mina, Dorumon, Sumaru et Guillmon regardaient des clips à la télévision. Masako et Blaktailmon s’étaient mis dans un fauteuil regardant aussi en mangeant un paquet de chips. Ryo était assis à terre et s’amusait à distraire la petite Hoshiie tandis que Patamon volait au-dessus d’elle. Wolfgang et Gabumon avaient commencé à escalader chacun un rideau et voulaient atteindre la barre en premier l’un et l’autre. Shirase et Gotsumon lisaient tous deux des mangas, installés chacun dos contre dos. Enfin Noriko jouait avec Poromon, allongée au sol, et le jeta doucement au-d’elle et le rattrapait.

_Mais c’est quoi toute cette marmaille ? s’écria Suguru quand il resut parler.
Ayant aperçu leur babysitteur pour la journée, Mina et Sumaru se levèrent et se dirigèrent vers lui pour le saluer.
_Ohayo Suguru-san, dit Sumaru.
_Ohayo gozaimazu Suguru-ojisan, ajouta Mina.
_Qu’est que vous faites tous ici ? demanda Suguru fixant toute la ribambelle d’enfants.
_Otosan et okaasan sont partis en voyage pour quelques jours, expliqua Mina. Ensuite Chika-obasan est partie avec Sayuri-obasan tandis qu’ Ikuto-ojisan travaille au DATS.
_Et comme tu sais, toosan et kaasan nous ont abandonné tous seuls ici, rigola Sumaru.
_Super … je croyais avoir juste trois gosses et j’en ai huit, fit Suguru. Je sens que je vais passer une journée merveilleuse …
_Oh oui, Suguru-san ! s’exclama Noriko. On va trop bien s’amuser !
_Vous, certainement, petits montres, pensa Suguru en soupirant. Mais moi …
_Moi, j’ai faim, se plaignit Ryo.
_C’est vrai. Nous n’avons encore rien mangé, ajouta Guillmon. Si faim …
_Attendez ! Vous n’avez pas mangé ? s’étonna Suguru. Vos parents vous laissent ici et ne vous donnent pas un petit-déjeuner ? Quelle bande de profiteurs !
_Mais il n’est pas encore sept heures, intervint Mina. Si on avait déjeuné avant de partir, ils auraient du nous lever très tôt !
_Pas encore sept heures … , répèta Suguru.

En son for intérieur, il se sentit comme avoir pris une bonne dizaine de coups de poings dans l’estomac : cette journée avait tout pour être un voyage initiatique de l’ Enfer.
Dans la cuisine, chacun des enfants et des digimon s’était installé pour prendre un bon petit déjeuner. Suguru demanda alors ce qu’ils voulaient manger et ce fut un véritable concert de nombreuses et variées propositions qu’il n’entendait rien.
_ARRETEZ ! hurla Suguru.

Aussitôt les cris cessèrent et Suguru reprit son souffle, une veine sur sa tempe droite s’était mise à gonfler dangereusement.

_C’est moi le chef donc je fixe le menu, décida Suguru. Ce sera café et tartines pour tous !
_Dictateur, lança Ryo. C’est pas juste !
_Je suis chez moi alors si t’es pas content, tu vas manger l’herbe qui se trouve dehors et tu te tais ! rétorqua Suguru.

Impressionné, Ryo ne dit plus rien et se tassa sur sa chaise. A quelques chaises de là, Sumaru et Mina échangèrent une conversation avec juste leurs regards et sourires.

Durant ce temps, Suguru essaya de faire du café et se tourna vers la cafetière se demandant comment on faisait déjà. Il se souvint des gestes de Sayuri et prit une bouteille d’eau remplissant le réservoir puis s’apprêta à allumer la cafetière.

_Suguru-san, ma … , s’écria Masako.

Cependant Sumaru et Mina lui décochèrent en même temps un coup de pied à chaque cheville l’obligeant à se taire. Elle leva alors la tête et vit une lueur diabolique et complice dans le regard des deux fiancés.

Evidemment, ce qui devait arriver arriva : la cafetière explosa au bout de quelques minutes. Aussitôt Shirase et Gotsumon avaient plongé sous la table tremblant de tous leurs membres.

_On dirait qu’au lieu du café, on mangera des céréales et du lait, fit Suguru.

Ouvrant le réfrigérateur, il sortit la bouteille de lait et versa son contenu dans une casserole qu’il plaça sur le gaz. Durant le temps que le lait chauffa, il s’accroupit et rampa sous la table et prit Shirase dans ses bras.

_Allez, Shirase. C’est fini, dit Suguru. Remets toi sur ta chaise !
_Mais c’est si effrayant ! On aurait dit une attaque ! pleurnicha Shirase.
_Oh oui vraiment effrayant, insista Gotsumon.
_Hey ! Je suis là, Shirase, assura Suguru en lui caressant les cheveux. Je te protégerai !
_Suguru-sama …. , murmura Shirase en se serrant contre son grand-père.
_Ouais, je suis là, bonhomme, répèta Suguru en le serrant bien fort dans ses bras.

Pendant cet instant très tendre entre grand-père et petit-fils, le lait continuait à bouillir dans sa casserole et avait même débordé sur le gaz.
Tous les enfants et digimon avaient remarqué la chose mais aucun n’avait envie de le dire ou d’aller éteindre le gaz. Ainsi ils parlaient de tout et rien le plus innoncemment possible.
Lorsque Suguru sortit de sous la table, il se dirigea vers le gaz et vit que tout le lait était sorti de sa casserole inondant toute la gazinière et le plan de travail autour.

_Lait et céréales sont aussi hors-jeu, dit Suguru avec une grosse goutte derrière la tête.
Fatigué d’essayer toutes sortes de plats, il ouvrit un placard et sortit une douzaine de paquets de chips qu’il posa sur la table puis prit de bouteilles de jus de fruits du refrigérateur avant de s’asseoir enfin.

_Itadakimasu, fit Suguru. Et si le repas ne vous plait pas, vous pouvez aller au resto !

Après ce petit-déjeuner assez inattendue par sa composition, les enfants sortirent de table pour aller jouer dans le salon. Resté seul, Suguru débarrassa la table mettant les sacs de chips à la poubelle et nettoyant les verres lorsque la sonnerie de la porte d’entrée.

Priant Yggdrasill et tous les Dieux qu’il connaissait pour que ce soit les parents de ces monstres, il alla ouvrir et découvrit derrière la porte Satsuma et ses jumeaux.

_Ohayo gozaimazu ! dirent en chœur les jumeaux.

Les regardant entrer tous deux avec leur père adoptif, Suguru jeta un regard de travers à son meilleur ami. Venir aussi tôt n’était pas de bon augure pour sa tranquillité, déjà que celle ci était compromise par la présence de ses cinq petits-enfants et des trois gosses Norstein, sans rajouter que Sayuri était partie pour la journée avec Chika.
_Je dois passer la journée au ministère, dit Satsuma. Peux-tu me garder les jumeaux ?
_Ben voyons … Tu sais bien que j’ai que ça à faire, s’exclama Suguru.
_Tu es si gentil et arrangeant, Suguru-kun, dit Satsuma en souriant. Merci beaucoup !
_Merde ! pensa Suguru horrifié. Il ne m’a quand même pas pris au sérieux cet idiot ?
_Grand-père Suguru, tu ne nous salue pas ? fit Mitsuko.
_Ce n’est très poli, ajouta Mitsuki. Toosan dit toujours …
_Gomen, gomen ! J’avais la tête ailleurs, s’excusa Suguru. Tu vas bien, Mitsuki ? Et toi, Mitsuko, tu vas t’amuser avec Wolfgang, ne ?

Paraissant surpris, les deux jumeaux se tournèrent l’un vers l’autre échangeant quelques regards interrogatifs.

_Mais je suis Mitsuki moi, protesta Mitsuki.
_Et c’est moi Mitsuko, reprit Mitsuko.
_Ca va, soupira Suguru agacé. Comment on est sensé vous reconnaître ? Vous êtres pareils de partout, des pieds à la tête !
_Oh non ! s’exclama Mitsuko. Moi, ma mèche va vers la gauche, mes baskets sont bleues et mes brassards aussi !
_Alors que moi ils sont roses et ma mèche va à droite, ajouta Mitsuki.
_Comme si on pouvait se fier à ça …
_Mais tu es la seule personne à nous confondre, objecta Mitsuki.
_Dites que je suis stupide, rétorqua Suguru de plus en plus agacé.
_Tu n’es pas stupide mais ton cerveau souffre d’une déficience neurologique si bien que tu n’es bon à faire des tâches primaires très simples, ajouta Mitsuko. Wolfgang et moi avons lu ça dans un livre de Tohma-san !

Complètement abasourdi, Suguru fixa le petit garçon et se demanda si un homme ne pouvait pas frapper un plus petit pour une fois. Au même moment, Satsuma, qui semblait très amusé par la tournure des événements, posa sa main sur la tête de son fils.

_Puisque tu dis toujours la vérité sort de la bouche des enfants, la démonstration de Mitsuko explique donc clairement beaucoup de choses, dit Satsuma très innocemment.

Baissant la tête, Suguru n’avait même plus la force de tenir tête à son meilleur ami. S’il était déjà battu à huit heures du matin, il se demanda comment il serait au soir après avoir du gardé dix insupportables gamins.
_Je hais cette stupide journée ! cria mentalement Suguru.
Brusquement, Satsuma se redressa et regarda l’heure en fronçant un sourcil.
_Je dois y aller, dit Satsuma. Soyez sages, les enfants !
_Bonne journée, toosan, dit Mitsuki.
_Te laisse pas faire au ministère, ajouta Mitsuko. Pète leur la gueule !
_Mitsuko, tu t’emballes trop, soupira Coronamon. Ca ne fonctionne pas comme ça …
Amènant les deux enfants vers le salon, Suguru songea que ce ne pouvait plus être pire. Avec ceux là, tous les enfants de son entourage étaient ici.

Dans le salon, il eut la sensation que son cœur allait s’arrêter : il n’y avait aucun enfant ou digimon dans la pièce.

_Soona ! cria Suguru. Où ils sont passés ?

Tentant de rester le plus calme possible, ce fut peine perdue. Toute l’assurance et la sérénité quoditienne et habituelle du professeur avaient totalement pour laisser place à une totale inquiétude voir une très forte angoisse.

Rapidement, il laissa s’asseoir les jumeaux sur le canapé et mit au hasard une chaine sur la télévision avant courir à l’étage. Avec beaucoup de chance, il trouverait tout le monde jouant sagement dans les chambres.
Ainsi il inspecta une à une les chambres mais ne vit personne dedans et se sentit paniqué maintenant, complètement paniqué. Immédiatement, il fonça vers le téléphone et composa le numéro de la police.

_Police onegai ! Les huit enfants que je surveille viennent de disparaître ! s’écria Suguru.
_Monsieur, si c’est une blague, ce n’est pas drôle, lui répondit le policier. Je veux bien qu’on perde un enfant mais huit, il faudrait être stupide !
_Pardon ? rugit Suguru. Teme ! Je suis ami avec deux personnes très haut placés et ayant de grandes relations ! Je peux vous dire que vous allez sauter, mon vieux !
_C’est ça …. Au revoir, monsieur, fit le policier en coupant la communication.
_Shimada …

Devant une tel cas de figure, Suguru tomba à genoux ne sachant plus ce qu’il devait faire. il finit par se reprendre en disant qu’il était un homme puis descendit à la cave en espèrant que les enfants jouer là-bas.
Il poussa la porte et posa un pied sur la première marche et chercha l’interrupteur. Il entendit subitement d’incroyables détonation et se jeta au sol par purs réflexes en tombant en arrière sur le plancher.
Quand le bruit cessa, il y retourna et alluma l’interrupteur faisant la lumière dans la toute la pièce. Il descendit prudemment l’escalier puis regarda tout autour de lui quand son pied se prit dans une corde et avant de s’en rendre compte, il fut transporté dans les airs et se retrouva la tête en bas prisonnier d’un filet.

_Même au Digital World, j’ai pas connu ça …. , songea Suguru.
A ce moment, tous les enfants et leurs partenaires sortirent de diverses cachettes en pouffant de rire et se moquant de lui.
_Suguru-san, t’es trop bête ! rigola Noriko.
_On a attrapé un grand-père, dit joyeusement Wolfgang.
_C’est bon à manger ? demanda Ryo.
_J’ai compris … Sayuri veut être veuve, soupira Suguru. Si elle ne veut plus de moi qu’elle divorce et qu’on se voit plus mais pas me tuer de manière si horrible !

Lorsque Suguru fut finalement redescendu et tout le monde remonté, il verrouilla la porte à clé puis la mit à un trousseau puis alla fermer aussi la porte d’entrée avant d’aller fermer toutes les pièces de l’étage et du rez-de-chaussée.
_Ainsi ils seront beaucoup plus faciles à garder, estima Suguru.

Après avoir terminé ce travail, il retourna au salon où il trouva les enfants et les digimon regardant la télévision très sagement ce qui l’enchanta. Au moins, cela le reposerait. Toutefois, il fut curieux de savoir quelle était l’émission qu’ils regardaient et tourna la tête. Il constata alors que c’était la chaine diffusant seulement du hentai et justement quelque chose de vraiment adulte justement à ce moment là.

Aussitôt il fonça vers la télévision et l’éteignit et s’empressa d’allumer le lecteur DVD.

_Je vous met un DVD, dit Suguru complètement choqué.
Rapidement, il attrapa un CD de l’intégrale d’une série plus adaptée pour des enfants puis se retira pour tomber dans un fauteuil complètement mort d’épuisement.

Fermant les yeux, il se laissa partir et fut proche de s’endormir lorsqu’il se demanda quelle heure il pouvait être. Il rouvrit les yeux et leva la tête vers la pendule constatant qu’il était plus de onze heures. Il était temps de préparer le repas de midi.
Se relevant péniblement, il songea que demain il dormirait toute la journée au minimum puis se dirigea vers la cuisine. Il commença à préparer de très nombreux plats mais au final, il n’y avait que plusieurs de dizaines casseroles et instruments de cuisine dans l’évier et seulement une bouffe cramée dans la poubelle.
Passé treize heures, il décida d’abandonner purement et simplement attrapant le téléphone.

_Pizzaria Nioguryou ? fit une voix joviale.
_Bonjour. Je voudrai commander trente pizzas, les moins chères, dit Suguru.

Il donna ensuite ses coordonnées pour livrer puis en entendant la voix vraiment agréable et réjouie de son interlocuteur, il songea qu’il venait de lui faire gagner sa journée.

Environ une demi-heure plus tard, tout le monde fut à table devant une bonne pizza ce qui enthousiasma enfants et digimon. Les digimon, évidemment, en dévorèrent quatre chacun.

Après le repas, Suguru débarrassa la table et mit tous les cartons à la poubelle puis sortir derrière la maison laissant les enfants et leurs partenaires se défouler.

Mina et Sumaru s’isolèrent des autres désireux de se faire quelques calins, Dorumon s’installa sous un arbre faisant une petite sieste, Guillmon regardait tout le monde jouer cherchant à comprendre les principes, Masako jouait avec Blacktailmon, Noriko, Poromon et Hoshie à chat, Shirase, Mitsuki et Gotsumon s’amusaient tranquillement à la marelle, Ryo et Patamon faisaient la course à travers tout le terrain et enfin Mitsuko, Coronamon, Wolfgang et Gabumon semblaient prendre du plaisir à grimper et à sauter des branches.

Assis au tailleur, Suguru observa le petit groupe jouer bien sagement et songea que c’était agréable ce boulot de babysitteur même si il y avait quelques soucis parfois. Cependant il était si fatigué qu’il s’écroula sur l’herbe et s’endormit profondément.
Lorsque les enfants s’aperçurent de cela, tous arborèrent des petites mines diaboliques et coururent chercher des crayons, des feutres et des craies. Chacun se mit à faire n’importe quel dessin sur le corps de leur babysitteur.

Lorsque Suguru se réveilla, il s’étira longuement puis se redressa vite compta chacun des enfants puis soupira de soulagement en constatant qu’ils étaient tous présents. Il regarda sa montre et vit qu’il était presque dix-heures, l’heure du goûter était passée depuis un moment.

_Les enfants, je vais me rafraichir, dit Suguru. Quand je reviens, vous irez vous laver les mains et je préparerai le goûter !
Les enfants opinèrent de la tête en se retenant de pouffer à la vue de son visage couvert de graffitis puis éclatèrent de rire en entendant son cri.

_MAIS C’ EST QUOI CES DESSINS DE MERDE ? hurla Suguru.

Quand il eut réussi à avoir tous ses graffitis, soit une heure après, et non pas sans avoir maudits ces fichus gosses une bonne centaine de fois, il descendit leur demander de se laver les mains puis alla à la cuisine.
Dans la cuisine, il prit une casserole dans laquelle il mit du lait et décida de ne pas recommencer son expérience du matin et la mit au micro-onde. Il règla alors la puissance au maximum et programma pour une vingtaine de minutes.
Durant le temps que le lait chauffa, il sortit un plat de cookies d’un placard et les répartit de manière égale dans les différentes assiettes lorsque le groupe arriva pour se mettre à table.

Soudain le micro-onde explosa et déversa un torrent de lait partout tandis que l’appareil crépitait de flammes. Aussitôt eut le réflexe de le prendre et courut le jeter dehors avant de revenir à la cuisine.

_Bon … Au lieu du chocolat, ce sera encore jus de fruits, soupira Suguru.

Le goûter se déroula de manière normale et vraiment très gai. Ensuite Suguru envoya Mina, Mitsuki, Noriko, Dorumon et Poromon prendre leur bain pendant que les garçons regardaient la télévision.

Durant ce temps, il débarrassa la table, nettoya le lait renversé au sol puis voulut laver les assiettes. Il ouvrit alors le lave-vaisselle où il découvrit que la dernière vaisselle n’était pas encore lavée. Incapable de comprendre pourquoi, il la sortit puis fit donc toute la vaisselle de manière traditionnelle.

_Suguru-san, nous avons fini notre toilette, dit Mina.
_C’est bien, fit Suguru en essuyant sa vaisselle. Dis aux garçons que c’est leur tour et vous, vous pouvez regarder la télévision.
_D’accord, répondit Mina.

En attendant que les garçons soient lavés, il regarda les filles pouffer de rire devant la télévision et songea qu’il serait si bien dans son lit. Il pensa aussi à Leormon et se demanda si il ne transformerait pas ce petit traitre en bouillotte pour passer l’hiver.
Quand les garçons revinrent dans le salon, il les laissa regarder la télévision avec les filles puis monta à l’étage donner son bain à Hoshiie. A ce moment, il découvrit l’état de la salle de bain : il y avait tellement tant partout, les accessoires de toilettes et bouteilles de savon étaient jetées à terre … qu’il se croyait dans un lieu ravagé par un raz-de-marée.

Poussant un soupir, il songea qu’il nettoyerait après et mit sa dernière petite-fille à l’eau. Celle ci fut horrible n’arrêtant pas de hurler, envoyer de l’eau partout ou se se cacher dans la mousse ou sous l’eau.
Lorsque le bain fut terminé, il ramena Hoshiie au salon puis retourna à la salle de bain où il rangea un à un chacun des accessoires à sa place puis épongea patiemment toute l’eau dans un seau qu’il versa dans la baignoire.

Épuisé, il redescendit lentement l’escalier et n’aspira qu’à se mettre dans son lit mais il devait encore s’occuper de ses monstres jusqu’à l’heure du coucher. Il regarda alors sa montre et vit qu’il était vingt heures trente soit une demie-heure avant l’heure de la délivrance.

_Je suis arrivé jusque là alors je peux encore tenir, soupira Suguru.

Décidé à ne pas cuisiner encore, il commanda une nouvelle tournée de trente pizzas et songea que cette pizzaria le nommerait probablement meilleur client de l’année. Une demi-heure plus tard, les enfants et les digimon s’attablèrent et dévorèrent tous les pizzas livrées.
_A présent, c’est l’heure d’aller coucher, annonça Suguru.
_Quoi ? s’écria Sumaru.
_Pas question ! résolut Mina.
_C’est pas l’heure du tout ! protesta Ryo.
_On veut pas ! dirent en chœur les jumeaux.
_C’est pas juste ! T’as pas le droit ! s’insurgea Masako.
_Il est déjà 21h45, révèla Suguru en leur montrant l’horloge. Vos parent vous couchent à quelle heure déjà ?

Se tournant vers la pendule, les enfants furent glacés d’horreur à constater qu’il n’y avait rien à répliquer devant une heure si avancée. Ainsi ils se rendirent dans les chambres : celle de Sumaru et Guillmon accueillit aussi Ryo, Patamon, Wolfgang et Gabumon, celle de Masako et Blacktailmon Mina, Dorumon, Hoshiie, Noriko et Poromon et enfin celle de Shirase et Gotsumon les jumeaux et Coronamon.

Quand il fut assuré que tout le monde dormait bien, Suguru redescendit et alla débarrasser la table mettant les cartons à la poubelle puis décida d’attendre son épouse et Satsuma dans le salon. Il s’assit à peine sur le canapé qu’il s’écroula de fatigue.
Environ une heure plus tard, Sayuri, Swanmon, Chika, Piyomon, Ikuto, Falcomon et Satsuma avec Kudamon étaient revenus à la maison où ils virent le dormeur dans le canapé.

_Suguru-kun ! s’écria Satsuma. Tu as passé une bonne journée on dirait !
Réveillé par la voix de son ami, Suguru se redressa et observa tout le monde autour de lui lorsque Sayuri s’empressa de l’embrasser.
_Comme prévu, tu t’es vraiment bien débrouillé ! s’exclama t-elle.
_J’avais peur de te laisser mes jumeaux mais j’avais tort. Tu t’es vraiment bien débrouillé et je t’en félicite, ajouta Satsuma en lui bonnant une accolade.
_Merci … , dit Suguru du bout de lèvres.
_En plus, ça tombe bien, songea Chika.
_Chika et moi avons prévu de partir une semaine en amoureux comme les autres, ajouta Ikuto.
_On va pouvoir partir l’esprit libre, s’exclama Chika ravie.
_Et moi, j’ai revu une ancienne amie de lycée et elle m’a invité à passer une semaine chez elle. Je te fais confiance pour tout, ne ? continua Sayuri.
_Tant qu’on en parle … , fit Satsuma un peu gêné. Je suis très gêné mais comme tu es très doué, tu pourras garder les jumeaux aussi.
Abasourdi par ce que tous venaient de dire, Suguru les regarda se demandant si ils étaient en train de se payer sa tête. Visiblement, pas du tout. Il se leva furieusement, les poings serrés.
_Passer une semaine seule avec ces monstres ? Je ne resterai pas une heure de plus avec eux ! Je préfère encore passer le reste de ma vie au Digital World ! s’écria Suguru.
Immédiatement, il se mit à courir et sortit de la maison en se mettant à crier très fort :
_A MOI ! MA FEMME, MES ENFANTS ET MON MEILLEUR AMI VEULENT ME TUER OU ME RENDRE FOU !
_Toosan no baka ! lâcha Chika.
_Suguru-san est si étrange, fit Sayuri. Il a passé une bonne journée alors pourquoi il ne veut pas recommencer une semaine ?
_Quelle réaction étrange, s’étonna Ikuto.
_C’est Suguru-kun, soupira Satsuma. Il fait des choses très bien d’un côté mais de l’autre, il agit si étrangement que personne ne le comprend.

Fin de l’histoire

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates