Fanfics – Un dîner de famille

Un dîner de famille

écrit par Emilie


statut :  complet
type :   oneshot
chronologie :   six ans après la fin de Digimon Savers
date d’écriture : entre 2007 et 2010


_  Cette nourriture est vraiment plus que mauvaise, déclara grand-mère Norstein en se pinçant le nez. Comment arrive t-on à manger cela ?

Au beau milieu de la salle à manger du manoir Norstein était réunie autour de la table grand-mère Norstein, siégeant au centre, du côté Frank puis Relena, de l’autre, Tohma puis Yoshino et enfin au bout Mina et Ryo.
Pour la première visite de sa mère, Frantz avait espéré que celle ci soit indulgente mais elle attaquait ferme et dès le début du repas.

De son côté, Tohma se sentait déjà en colère et se demandait comment il avait pu emmener ses enfants dans un tel endroit. Près de lui, Yoshino semblait perdue.

_C’est un test d’entrée de famille ? lui murmura Yoshino.
_C’est son caractère naturel, répondit Tohma sur le même. Les vieilles carnes sont vraiment celles qui résistent le mieux. Sans doute parce qu’elles pollueraient le repos des gens tranquilles au cimetière.
_En plus, c’est quoi cette idée de manger avec des baguettes ? reprit la grand-mère. Les japonais se croient des artistes de cirque ?
_C’est une tradition, obasama, osa répondre Relena.
_Je ne t’ai pas adressé la parole ! lui cria sa grand-mère. Ne sais tu donc pas encore qu’on ne parle pas à table sans ma permission ? Si cela avait été les deux petits bâtards là-bas, j’aurai compris mais toi tu n’a aucune excuse !
_Batards ? s’exclama Yoshino en sentant la colère monter.
_Si tu lui donnes une seule raison de lui en vouloir, tu es fichue, dit Tohma bas. Tais toi.
_Je vais la tuer, Tohma, je vais la tuer, murmura Yoshino en faisant des confettis de sa serviette sous la table.
_En parlant des enfants, on voit qu’ils n’ont pas que du sang pur en eux, reprit grand-mère. Sans compter qu’il y avait un sang non pur dans celui de leur père.
_Si elle continue à insulter kaasan, je crie, songea mentalement Tohma qui avait entrepris le même rituel que sa femme.
_Je me demande si on pourrait appeler ces enfants des Norstein .. ils sont tellement loin de ce qu’un Norstein doit être … c’est …

En bout de table, Mina ne cessait de fixer son arrière-grand-mère, ses yeux flamboyaient de colère. Brusquement, elle se redressa et attrapa son assiette de riz et l’envoya en pleine face de la vieille femme.

_LA FERME !!! hurla Mina.

Sans lui laisser le temps de réagir, elle sauta au sol et courut vers elle et l’observa, le regard rempli de colère et de haine.
_Je disais que les enfants japonais étaient mal élevés mais tu dépasses les bornes de tout ce qui est possible, dit grand-mère.
_Je ne suis pas mal élevée ! Parce que mes parents m’élèvent bien ! Les japonais sont bien éduqués ! Celle qui est mal élevée ! l’accusa Mina. Vous devriez être honteuse de traiter les gens comme s’ils n’étaient que des crottes de votre chien ! Vous croyez quoi ? Que votre vie est plus précieuse ! C’est faux ! Car chaque vie est égale l’une à l’autre et toutes méritent le respect pour la personne !
_Mina … , murmura Yoshino en dissimulant le mieux possible son sourire.
_Vous croyiez que votre sang est mieux que celui de n’importe qui ? Laissez moi dire que rien ne s’acquiert dès la naissance ! Nous naissons bébés et devons tout apprendre ! A marcher ! A parler ! Ensuite nous apprenons à l’école pour devenir quelqu’un que les gens se souviennent pour des actes et non pour son argent et son pouvoir ! poursuivit Mina.
_Princesse … , murmura Tohma en cachant ses yeux avec ses mains.
_Pour avoir du respect, il faut le mériter ! Je ne crois absolument que vous le méritiez ! Avez vous vu comment vous avez répondu à Relena-obasan ? Pour une simple remarque, vous agressez les gens ! Vous n’aurez aucun ami ou personne qui vous ainsi ! Car ce qui anime les gens qui vous croisent est la crainte et non l’amour ou l’amitié ! continua Mina.
_Mina … , murmura Frantz en imitant la position de son fils.
_Moi, je connais des femmes merveilleuses que tout le monde adore car elles sont toujours gentilles et aimables ! Okaasan ! Sayuri-obasan ! Mizuni-obasan ! renchérit Mina. Quand vous mourrez, les plus grands de ce monde viendront à votre enterrement mais quand ce sera ces femmes, ce sera toutes les personnes qu’elles ont aimé et qui les aiment
_Mina-nee-chan … , murmura Ryo, la main plaquée contre la bouche.
_Alors …Laissez moi vous dire que vous êtes la personne la plus odieuse et la plus dégoûtante que j’ai jamais rencontré ! Si je devais choisir, je préfèrerai ne pas être une Norstein plutôt que de vous avoir dans ma famille ! acheva Mina.
_Mina-chan … , murmura Relena effrayée.
Durant tout le discours, la grand-mère avait fixé la petite fille, sans exprimer de sentiments, puis leva légèrement la tête.
_As tu fini ? demanda t-elle.
_Oui, répondit sèchement Mina.

Longtemps, la grand-mère et la petite fille se fixèrent dans les yeux, ne semblant pas vouloir céder quand la grand-mère brisa le contact visuel en se levant puis s’avançant lentement vers l’enfant et posa sa main sur sa tête.

_Tu es une merveilleuse petite fille, constata grand-mère en faisant un très rare sourire.
_Sumimasen ? fit Mina plus qu’étonnée.
_Durant toutes ces années, j’ai vu beaucoup de Norstein mais aucun n’a eu de courage de s’opposer à moi. Même mon fils et mon petit-fils que j’harcelais constamment n’ont jamais protesté, expliqua grand-mère puis se pencha vers Mina. Tu es vraiment digne d’avoir du sang Norstein en toi.
_Arigato gozaimasu, obasama, répondit Mina avec un sourire.
Au même moment, Tohma et Frantz venaient de s’écrouler, les chaises basculant arrière, plus que choqués d’une telle révélation tandis que Yoshino résistait contre une forte envie de rire.
_Elle est digne d’être une Norstein mais elle est aussi digne de devenir une Daimon, songea Ryo amusé.

Fin de l’histoire