Accueil » Digimon Xros Wars : Toki o Kakeru Shonen Hunter-tachi » Hunters épisode 06 – analyse par Emilie

Hunters épisode 06 – analyse par Emilie

Dejimon kendo shoubu ! Kotemon no yaiba ga semaru !

Un combat digimon kendo ! La lame de Kotemon approche !

écrit par Emilie

"vlcsnap<br


L’épisode commence par un garçon qui s’entraine au kendo au bord d’une rivière en répétant constamment qu’il veut devenir plus fort. A un moment, son téléphone portable dans son sac agit bizarrement puis il est transporté à Digiquartz.

vlcsnap-2014-11-10-15h56m50s54

Là, après s’être demandé où il se trouvait, il rencontre un Kotemon qui lui demande s’il désire devenir plus fort. Le garçon, qui se nomme Kenzaki Musashi, répond que oui et que son but est de devenir le plus fort au kendo. Nous n’avons pas encore la raison mais elle viendra. Kotemon lui propose ensuite de l’entrainer mais Musashi doute de ses capacités. Il lui suggère de le vérifier par lui-même. Kotemon bat facilement Musashi. Ce dernier tombe à genoux et le supplie de l’entrainer. La scène passe ensuite en arrière-plan et on voit Ren, adossé à un pont, qui les observe de loin.

vlcsnap-2014-11-10-16h03m43s48

Vous remarquez comment les personnages sont horribles quand ils passent maintenant en arrière-plan ?

Alors cette scène d’introduction est efficace et originale. Jusqu’à présent, tous les digimon apparus étaient méchants. Ils n’apportaient rien de bon aux humains qu’ils cotoyaient. Ici, Kotemon semble ne vouloir que du bien à Musashi : il veut juste l’entrainer et l’aider à devenir plus fort. Il n’a strictement rien à y gagner. Personnellement, quand j’ai vu pour la première fois cet épisode, j’étais déçue de voir Ren apparaitre. Je pensais qu’on allait voir se répéter le schéma de l’épisode 4. Pas du tout ! En réalité, le scénario de cet épisode est absolument brillant et tout se justifie merveilleusement bien.

Après la présentation du titre de l’épisode, nous retrouvons nos héros à une compétition de kendo, un tournoi regroupant les clubs de l’arrondissement de Koto. Nous sommes même accueilli par un formidable hurlement de Tagiru qui vient de perdre un combat. Merveilleux… Cette voix est tout simplement horrible. Moi, il me donne la migraine rien qu’à l’entendre ! On a aussi pour la première fois la mention du nom de leur établissement scolaire : le collège Shinonome Est (en japonais : Shinonome Higashi Chuugakkou) Enfin, vous vous souvenez ? Il n’existe ni collège ni lycée dans le quartier de Shinonome. Mais passons…

Naturellement, malgré la défaite de Tagiru, leur équipe remporte le tournoi de l’arrondissement. Hélas pour nos pauvres oreilles, Tagiru crie encore, de joie cette fois ! Yuu exprime aussi sa joie et songe qu’ils doivent maintenant remporter un autre tournoi pour accéder aux Nationales. Juste… Il mentionne un tournoi municipal, Tokyo donc, alors déjà vu que la ville est aussi la préfecture de Tokyo, on dit tournoi préfectoral, et normalement avant d’atteindre le niveau national, il faut passer par un tournoi régional, préfectoral aussi… Parce que Tokyo, contrairement à ce qu’on peut penser, (et souvent même les japonais qui vivent ailleurs que dans le Kanto font cet amalgame) ce n’est pas une région ! La région de Tokyo, c’est le Kanto, une des huit régions du Japon. C’est comme dire qu’en Ile de France, on ne trouve que la ville de Paris. D’ailleurs, les habitants du Kanto non tokoïtes détestent être assimilés à la ville de Tokyo. Bref, nouvel échec culturel ! Je ne sais pas le niveau de culture général de l’équipe d’animation mais il me fait un peu peur…

Pendant ce temps, un membre du club de kendo remercie Taiki d’avoir bien voulu les aider pour participer à ce tournoi. Taiki répond que ce n’était rien et Yuu s’exclame qu’il ne pouvait pas tourner. Ouais… Taiki est doué en stratégies, en basket, au kendo… Vous savez à ce niveau, le scénario ferait de lui un génie en physique quantique ou un être capable capable de parler douze langues, je ne serais même pas surprise ! Soudain, Yuu brise la joie et montre que leur prochain rival est venu les observer. Nous reconnaissons alors Musashi. Il y a ensuite une petite scène où Yuu se moque de Tagiru qui se veut amusante, je suppose, mais je la trouve plus pathétique qu’autre chose. L’élève à qui parlait Taiki rappelle que ce dernier l’a battu l’année dernière mais que celui-ci atteint malgré tout la troisième place aux nationales.

vlcsnap-2014-11-10-16h33m44s181

Soudain, Musashi provoque et annonce qu’il sera le prochain à le combattre et Tagiru s’écrie qu’ils relèvent son défi. C’est une attitude très japonaise, très japonaise ancienne, très inspirée de l’époque des samouraïs et qui existe assez souvent dans les mangas et animés. Musashi me rappelle un peu Sanada de Prince of Tennis mais Sanada est un personnage exceptionnel, avec une véritable personnalité, une psychologie finement travaillé. D’ailleurs, Musashi, pour un personnage qui n’apparait que pour un seul épisode, possède lui aussi une psychologie très bien établie et d’une forte personnalité.

Un certain temps s’écoule, on ne sait pas exactement. Une journée ? Une semaine ? Rien n’est précisé. D’ailleurs, dans tout Digimon Hunters, aucun marqueur temporel n’existe à aucun moment.

Nous assistons à présent à une scène nocturne où des étudiants rentrent d’un entrainement de kendo, épuisés, et rencontrent sur un pont un jeune garçon vêtu d’une armure de kendo qui les défie. A sa voix, on reconnait Musashi. Ils se montrent insolents et l’un d’eux finit par accepter mais refuse de mettre son armure. Tous sont battus et blessés.

vlcsnap-2014-11-10-16h47m25s199

On vient de voir des lambeaux de vêtements voler mais c’est tout ce qu’il y a comme dégâts… Pas une goutte de sang… Très réaliste, n’est-ce pas? On est tellement loin de Digimon Savers où on voit plusieurs fois les personnages saigner ou d’autres précédentes saisons où on voit les marques de coups apparaitre… Non, ici, c’est le monde des Bisounours : après un combat aussi violent, vous n’avez aucune blessure physique !

Un peu plus tard, à l’école, Tagiru apprend par des membres du club de kendo l’existence d’un tsuji-giri. Pour vous expliquer simplement, il s’agit à l’origine d’une personne ayant reçu une nouvelle arme ou ayant appris une nouvelle technique et qui attaque arbitrairement des passants pour tester sa force. La pratique est devenue assez vite illégale car les samouraïs ont commencé à perdre leur code d’honneur et cela est devenu prétexte à l’assassinat gratuit. En tous les cas, cette référence culturelle est sympa. Bon point ! Ainsi Taiki et Tagiru apprennent l’incident et que les victimes étaient des étudiants universitaires très forts. Tagiru pose alors une question idiote dans le contexte mais qui permet au spectateur ignorant ce qu’est un tsuji-giri. Très bonne utilisation donc des failles d’un personnage pour renseigner habilement le spectateur. On apprend ensuite que tous les étudiants sont ciblés et ont perdu. Tous ont été battu, les vêtements déchirés et aucun ne veut refaire du kendo. Taiki se demande qui peut bien être le responsable et on lui répond que ce doit être un collégien d’après son physique, ce qui surprend Taiki, mais qu’il possède aussi une force peu ordinaire. Il est ensuite révélé que l’université Budou est la seule à ne pas avoir été attaqué. A ce moment, Tagiru s’en va et annonçant qu’il a des choses à faire et Yuu dit qu’il sait déjà ce qu’il a l’intention de faire.

En toute honnêteté, cette scène de renseignements est bien gérée. On voit les héros apprendre, essayer de raisonner et prendre des décisions. C’est parfait !

Nous retrouvons à présent Tagiru et Grumdramon devant l’université Budou, la seule n’ayant pas été attaquée par le tsuji-giri. Juste un petit détail… L’action se déroule à Tokyo et il y a un certain nombre d’universités là-bas. Beaucoup, beaucoup, beaucoup… Alors si Musashi a attaqué des membres du club de kendo à toutes ces universités… euh… Il lui a fallu quoi…Au minimum un mois ! Parce que le gamin agit uniquement de nuit et il faut compter le temps de sommeil aussi, à moins qu’il ne dorme en classe. Enfin, passons… Tagiru pense que le tsuji-giri pourrait être impliqué avec digimon et je dois dire que sa déduction repose sur la logique. On a mentionné dans la scène précédente que le collégien ne possédait pas une force ordinaire. Alors qu’est-ce qui pourrait le rendre aussi fort ? L’association est simple à faire. Il est évidemment vite rejoint par Taiki, Yuu et leurs digimon.

vlcsnap-2014-11-10-17h58m31s107 vlcsnap-2014-11-10-17h58m25s49

Juste un petit détail : ils possèdent tous un X Loader qui permet de stocker les digimon. Alors pourquoi faire sortir ces digimon en pleine rue ? Ils sont censés rester discrets sur leur existence, je vous le rappelle ! Dans Zero Two et Tamers, les enfants faisaient bien plus attention à ce que personne ne les voient avec de tels monstres. Ils galéraient même à trouver toutes sortes d’idées pour ça. Sinon ça a tendance à déclencher l’hystérie générale… Mais non ! Là, on a des digivices qui permettent de cacher sans problème un digimon mais ils ne les utilisent pas et les digimon se promènent dans la rue sans avoir peur qu’un éventuel passant ne les remarque. Détail… Détail… Mais quand même, c’est aux petits détails que Digimon a toujours fait attention !

Nous avons ensuite l’apparition d’un étudiant que nos héros vont suivre et nous assistons à un bref changement de graphisme dont je ne vois pas la moindre utilité. Le graphisme était déjà bien moche… Alors pourquoi l’enlaidir davantage ?

vlcsnap-2014-11-10-18h06m20s185

Ils suivent donc cet étudiant jusqu’à ce que celui-ci rencontre le fameux tsuji-giri. Ce dernier lui demande de mettre son armure mais le garçon refuse et s’apprête à combattre. Cette attitude semble un peu étrange, surtout qu’il est au courant de la longue liste des victimes, mais elle ne relève pas d’une incohérence. Les japonais sont des personnes très fiers, à la limite même d’être bouffis d’orgueil. Aussi il n’est absolument pas étrange qu’un jeune homme d’une vingtaine d’année refuse de montrer sa faiblesse face à un adversaire qui n’est autre qu’un petit collégien. Mettre son armure se serait reconnaitre une légitimité à Musashi et déclarer publiquement qu’il le reconnait comme un adversaire de valeur. Une chose absolument impensable dans un esprit purement japonais. C’est ici un développement de culture et un travail de psychologie parfaits.

Les héros assistent alors à Musashi qui bat facilement son adversaire puis il s’enfuit à travers un portail menant à Digiquartz. Ils le suivent et le trouvent en train de s’entrainer, supervisé par Kotemon. Ils les rejoignent et Shoutmon accuse Kotemon d’avoir fait de Musashi un tsuji-giri mais celui-ci intervint et annonce qu’il a agi de sa propre volonté. Il ajoute qu’il n’a jamais attaqué de manière aléatoire et qu’il s’agissait de matches. Tagiru lui demande pourquoi il a agi ainsi et Musashi, en colère, répond qu’il souhaite devenir plus fort pour battre Taiki, qui, l’année dernière, alors que c’était un total amateur l’a battu. Ainsi il a acquis une nouvelle technique et l’a testé pour s’améliorer sans cesse en espérant battre enfin son rival.

Nous apprenons ainsi la fameuse raison pour laquelle Musashi voulait tant devenir plus fort. Je ne peux que saluer ce merveilleux travail de psychologie. Je trouve cela d’autant plus brillant que l’on assiste à ce que peut ressentir un adversaire de Taiki battu aussi facilement alors que celui-ci vient juste donner un coup de main à un des clubs de son école. Oui, Taiki aide les clubs de Kendo, base-ball, basket… En seulement quelques heures, il apprend les règles et développe des stratégies brillantes qui met à terre la défense adverse… Des adversaires qui, eux, passent des mois, voire des années à s’entrainer… C’est humiliant, vraiment très humiliant. C’est comme si je me faisais battre par une personne à laquelle je viens juste d’enseigner comment jouer aux échecs… Je serais énervée, à la fois contre lui et contre moi ! Etre battu par un total amateur, c’est horrible ! Personnellement, je suis plus apaisée de perdre face à quelqu’un qui a mis du temps à maitriser ses techniques que quelqu’un qui fait ça en dilettante. D’ailleurs, cet épisode me fait prendre conscience d’une chose : Taiki se comporte très mal. Il aide tous les clubs à remporter la victoire mais je réalise à présent qu’en vérité que celui-ci ne les aide pas. Il ne se contente pas de les entrainer et de donner des conseils. Non, il prend part aux compétitions. Cela devient les victoires de Taiki et non celles du club. Par conséquent, même s’ils ne cessent de gagner, ils restent faibles et ne peuvent progresser ainsi. Cela me rappelle un proverbe chinois que j’aime beaucoup : « Si tu donnes un poisson à un affamé, il mangera une journée. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toute sa vie. ». Cela résume totalement ce que fait Taiki et pourquoi ce n’est pas si bien. En tous les cas, c’était une idée fantastique de choisir un personnage ayant perdu face à Taiki et elle est très bien exploité. Cette scène est véritablement une pépite de psychologie. La seule petite critique j’ose émettre, c’est que Taiki ne réagit pas à ses attaques, qu’il ne se remet pas en question… Cependant, dans l’épisode précédent, nous avions vu qu’il pensait « tout ira bien » quand Yuu allait très mal à cause de Damemon qui ne ressuscitait toujours pas… Il a clairement une maturité affective très basse. ou plutôt, c’est un personnage qui a été pensé pour être sans failles, pour être parfait, et parait cool en toutes circonstances. Sauf que… je vais vous apprendre un truc peut-être : un être humain parfait, ça n’existe pas ! C’est pourquoi le personnage de Taiki, dès le commencement était voué à être mauvais.

Et si nous reprenions notre épisode ?

Kotemon fait ensuite la leçon à Musashi et rappelle que c’est incorrect de défier quelqu’un à l’extérieur d’un dojo. Musashi s’excuse puis Tagiru lui propose de le combattre pour s’entrainer. Musashi se rappelle qu’il l’a défié l’autre jour et accepte le combat. Une fois leurs armures revêtues, les deux garçons s’affrontent et Tagiru, qui fait un peu n’importe quoi, il faut le dire, donne sans cesse des coups et parvient à repousser Musashi. Cependant, celui-ci refuse de perdre contre un tel adversaire et se met en colère et finit par frapper son sabre sur la tête de Tagiru. Non loin de là, caché, on aperçoit Ren et Dracmon qui les observent.

A présent, observons la belle qualité du graphisme:

vlcsnap-2014-11-11-13h42m16s123vlcsnap-2014-11-11-13h42m25s214

C’est déjà pas mal moche quand les personnages sont au premier-plan mais quand ils passent en arrière-plan, cela devient pire. J’ai d’ailleurs beaucoup de mal à faire des captures d’images qui ne soient pas floues dans cette série.

Une fois Tagiru à terre, Kotemon annonce l’arrêt du match puis Tagiru songe qu’il a eu l’impression que son adversaire tenait un autre sabre. Musashi lui rétorque qu’il a perdu et doit donc apprendre à rester à sa place. Kotemon réalise que quelque chose ne va pas avec Musashi et propose à son élève de terminer ce combat lors du tournoi municipal. Musashi se tourne alors vers Taiki et proclame qu’il le mettra à terre. Taiki l’observe mais n’a aucune réaction.

vlcsnap-2014-11-11-13h48m48s202

Comme je l’ai mentionné plus haut, ce manque de réaction représente pour moi, la faiblesse de l’épisode. Cependant, que ce soit dans Digimon Xross Wars ou Digimon Hunters, Taiki est toujours ainsi. Face à un ennemi, il arbore cette réaction sérieuse sourcils froncés et avec ses amis, son expression amusée. Tout part de son personnage mal écrit et mal développé. Il est décrit comme un personnage parfait, qui réussit tout et qui a de la compassion pour le tout le monde. C’est joli à écrire mais c’est infaisable. Une telle personne n’existe pas. Ou alors il devrait éprouver de la compassion pour Musashi de l’avoir blessé… Ou alors résumer le monde en deux camps : les ennemis (comme Musashi, les rivaux d’autres écoles, les digimon affrontés) et les amis (ses copains d’école, les membres de son équipe) Ce serait cependant une vision très enfantine. D’ailleurs, cela cadre assez avec ma remarque où je déclare que Taiki avait la maturité émotionnelle d’un enfant de six ou sept ans.

Néanmoins, cette faiblesse n’est pas imputable à l’épisode mais au personnage même que représente Taiki. C’est un véritable handicap pour le travail d’écriture. En tant qu’auteur, je ne peux que partager le désarroi des scénaristes qui ont dû composer avec un tel poids et je suis admirative lorsque je constate quand ils ont réussi à produire un bon épisode malgré ce gros défaut d’écriture.

Un peu plus tard, nos héros rentrent à la maison. Sur le chemin, ils constatent qu’aucun digimon n’était à chasser finalement puis Tagiru songe que Musashi est le capitaine de l’équipe de son collège et demande à Taiki la permission de l’affronter à sa place. Yuu rappelle qu’ils ont pu voir leur différence de niveaux mais Tagiru réplique que cela le met en colère et ne se calmera pas avant d’avoir pu le battre. Taiki dit alors que quelque chose de sombre se cache en Musashi et songe que cela pourrait sortir en l’acculant lors du tournoi. Il donne ainsi la permission à Tagiru et Grumdramon lui dit qu’il aidera son partenaire à s’entrainer.

vlcsnap-2014-11-11-14h07m44s251

Quelques jours plus tard, Tagiru s’entraine en se battant contre la queue d’Arresterdramon mais finit par mordre la poussière. Son partenaire régresse, inquiet, et lui demande comment il va. On apprend ainsi, grâce à Grumdramon, qu’ils s’entrainent ainsi depuis plusieurs jours mais Tagiru ne semble pas s’améliorer. J’aime beaucoup cette scène. Elle est très fidèle à l’esprit Digimon et les cinq premières saisons n’ont pas à rougir quand on la compare à elles. Daisuke aurait très bien pu agir ainsi. Ce qui est valorisé dans cette scène, c’est l’effort. Tagiru fait des efforts pour s’améliorer, devenir plus fort, se relever quand il échoue… C’est totalement en accord avec les valeurs de Digimon.

Après le discours de Tagiru sur sa volonté à devenir plus fort, Kotemon apparait et déclare que Tagiru possède un esprit admirable mais ajoute qu’affronter la queue d’un digimon est différent d’un sabre de kendo. Il lui propose alors de l’affronter. Tagiru est incertain car il est l’ennemi de Musashi mais Kotemon répond qu’il existe aucune différence entre des amis et des ennemis lorsqu’il s’agit de personnes qui veulent devenir plus fort et qu’enseigner le chemin d’une lame vertueuse à ceux qui ont un coeur pur est sa raison de vivre. Il ajoute que Musashi a commencé à avancer sur un mauvais chemin à cause de son obsession du pouvoir et a besoin d’affronter un kendoka sincère comme Tagiru pour revenir dans le droit chemin. Tagiru est un peu surpris par ce compliment inattendu puis Kotemon lui propose de l’entrainer.

Cette scène est parfaite. Les paroles de Kotemon sont belles, elles forment une très belle leçon, la voix de Kotemon, qui ressemble à celle d’un vieil homme, est très adaptée, la musique correspond parfaitement. Je n’ai rien à redire. Elle dégage même une grande émotion et correspond sincèrement à l’une des grandes scènes de Digimon.

Pendant que Tagiru et Kotemon s’entrainent, on assiste à une scène qui a moins d’utilité, je pense. Celle où Taiki et Yuu ne font que les remarquer. Enfin, j’ai aimé le moment où Yuu exprime sa jalousie pour Tagiru en disant que lui aussi pouvait battre Musashi. Cependant, la réponse de Taiki est horriblement mièvre. Il se contente de rire en disant « Oui, bien sur ». Cela donne l’impression qu’il se moque constamment de Yuu et ne le prend pas au sérieux par rapport à Tagiru. Après toutes leurs aventures vécues ensemble, je trouve dommage de ne pas avoir exploité davantage cet angle. On nous montre sans cesse la jalousie de Yuu pour Tagiru mais je pense qu’il devrait nourrir de la colère pour Taiki d’être toujours aussi rabaissé.

Nous arrivons enfin au jour du tournoi et nous assistons en accéléré à son déroulement au travers de rapides images de combats jusqu’au moment de la finale où l’équipe de Taiki affronte celle de Musashi. Mouais… Désolée… C’est un gros cliché de faire retrouver les grands rivaux dans une finale. C’est un procédé d’écriture un peu trop facile. Musashi est alors en colère quand il constate que Taiki combat en première position et Taiki lui annonce que lui affrontera Agashi Tagiru, leur capitaine.

vlcsnap-2014-11-11-14h31m50s168

Les matches se déroulent comme convenu. Taiki et Yuu gagnent les leurs et les deux membres du club de kendo perdent. Vous vous rappelez de ce que j’ai dit plus haut ? J’ai mal pour eux… Parce que c’est assez pitoyable ces performances. Tagiru dit ensuite à Musashi qu’ils vont s’affronter mais celui-ci rétorque qu’il n’est pas un adversaire de valeur pour lui. Le match débute et Musashi attaque en premier et pousse Tagiru vers la ligne. Tagiru se reprend et finit par le repousser juste à temps. Musashi constate qu’il s’est amélioré puis une énergie noire fait apparaitre un second sabre dans sa main. Tagiru lui révèle que Kotemon l’a aussi entrainé et lui répète les paroles que lui a appris le digimon. Musashi s’exclame qu’il utilisera alors un pouvoir plus grand que celui de Kotemon et sa colère provoque l’ouverture d’un portail qui entraine les deux combattants à Digiquartz. Yuu veut les rejoindre mais Taiki l’en empêche, disant que Tagiru s’en occupera.

A Digiquarz, au milieu du brouillard, Musashi attend Tagiru, deux sabres en main, et l’attaque.

vlcsnap-2014-11-11-14h41m01s48

Tous deux combattent lorsque Tagiru finit par remarquer la présence de Ren mais surtout celle de Dracmon qui semble faire quelque chose d’étrange. Kotemon apparait à cet instant et réalise que c’est leur faute si Musashi agissait si bizarrement. Ren révèle que Dracmon a besoin de l’énergie d’un coeur pour devenir plus fort et a donc utilisé le désir de Musashi au lieu de sa force à lui.

Voici donc la raison de la mystérieuse présence de Ren. Au premier visionnage, je n’avais pas aimé. Pourtant, je suis forcée de le reconnaitre : ce scénario est parfaitement amené et subtil. bref, encore un petit coup de génie du scénariste de cet épisode !

Dracmon aspire ensuite toute l’énergie de Musashi qui s’évanouit puis Ren le fait évoluer en Yashamon. Lors de mon premier visionnage, à nouveau, j’étais déçue. Pour moi, un digimon démon évolue en quelque chose de démoniaque et l’évolution officielle de Dracmon est Sangloupmon. Cependant, en y réfléchissant maintenant, cette évolution repose sur une véritable logique : Dracmon évolue à partir de l’énergie volée à Musashi qui est un kendoka. Il est donc logique que le digimon évolue en une forme basée sur les arts martiaux. Donc ma critique… Eh ben, eh ben… Je me tais !

Ren donne l’ordre à Yashamon de capturer Kotemon. Ce dernier obéit même s’il a du mal à comprendre que son partenaire puisse vouloir ajouter à sa collection un digimon aussi faible. Il se précipite au moment où Tagiru fait sortir Grumdramon et le fait évoluer en Arresterdramon. Kotemon et Arresterdramon combattent ensemble mais Yashamon les repoussent avec ses sabres puis les neutralise d’une seule attaque. C’est hyper court mais sous la musique de l’évolution, les actions sont épiques et géniales.

vlcsnap-2014-11-11-14h54m52s166

Yashamon s’apprête à porter le coup fatal lorsque Kotemon, refusant de perdre comme ceux ayant troublé le coeur de Musashi, demande à Tagiru de le mettre dans son X Loader et de réaliser une digixross avec son partenaire. Tagiru lui demande s’il est sûr et Kotemon opine puis Tagiru le fait.

vlcsnap-2014-11-11-14h58m10s97

La fusion des deux digimon permet de créer enfin une attaque qui repousse Yashamon et le bat. Ren s’enfuit aussitôt et Musashi, quelques minutes plus tard, ouvre les yeux. Il réalise alors lentement ce qu’il a fait et Kotemon le sermonne en lui expliquant que la véritable victoire s’obtient à la loyale et c’est la seule manière d’obtenir la véritable force. Sous les yeux de Tagiru et Grumdramon, Musashi approuve ses paroles.

Sous les yeux éberlués des spectateurs, Tagiru et Musashi reviennent au monde réel et reprennent le combat. la scène se clôt sur la reprise de ce combat puis on voit nos héros à la sortie avec Musashi. On apprend ainsi que c’est lui qui a gagné puisque nos héros lui souhaitent bonne chance pour les nationales. Yuu s’étonne alors que Tagiru ne soit pas déçu d’avoir perdu et Taiki explique que c’est parce qu’il a tout donné et n’a donc pas de regret à avoir.

Tagiru s’exclame que Taiki connait vraiment bien son coeur. Hum… Je ne sais pas si c’est mon imagination mais ces petites réflexions me font penser à une relation un peu différente que celle de deux amis. Ah ah ah ! Enfin, j’ai l’esprit sans doute mal douté… Et puis, c’est pas le genre des animés japonais d’avoir des propos aussi ambiguë, pas vrai ?

Reprenons l’épisode : Kotemon parle à Musashi à travers le X Loader de Tagiru. Il le félicite pour son combat et dit ne plus rien avoir à lui enseigner. Musashi reconnait que sa volonté de devenir plus fort lui a fait prendre un mauvais chemin mais à partir de maintenant il continuera sur la voie vertueuse que Kotemon lui a enseigné. Tagiru dit que le kendo est une compétition à un contre un mais avoir des amis qui s’entraident est vraiment génial. Grumdramon précise alors surtout avec de si bons amis que lui. Taiki et Yuu ajoutent qu’ils ont aussi appris que tous les digimon n’ont pas perdu l’esprit en venant à Digiquartz. Tagiru se rappelle alors que Grumdramon n’était pas fou furieux lorsqu’ils se sont rencontrés et Grumdramon réplique que son coeur à lui est super pur. Tagiru conclut alors qu’ils sont deux personnes au coeur pur visant à être les meilleurs. C’est une magnifique scène finale, très touchante. Je n’ai rien à y redire.


Conclusion de l’épisode 6 :

Honnêtement, qu’est-ce que je pourrais dire ? Cet épisode est parfait. Il est même meilleur que le quatre qui avait une écriture simpliste et classique. Ici, au contraire, on a affaire à un digimon sauvage, Kotemon, qui est un bon digimon. C’est un changement considérable par rapport au début de la saison. En fait, c’est même un changement raidical pour Digimon. Honnêtement, j’essaie de me souvenir… Mais je ne me rappelle pas aux travers des cinq premières saisons d’un épisode où on aurait suivi l’aventure de héros qui évoluent aux côtés d’un bon digimon. Jusque là, le digimon de la semaine a toujours été un ennemi. Cherchez bien mais je suis pratiquemment sûre que c’est la toute première fois où un digimon de la semaine est un ami et ne cherche pas à causer de tort. Alors cet épisode n’apporte pas juste une nouveauté à Digimon Hunters, il apporte une nouveauté à la licence Digimon. C’est formidable !

Le travail d’écriture est brillant, on ne distingue aucune ficelle, le travail de psychologie est hyper bien mené. Après, je râle un peu sur la présence de Ren à des moments anodins mais c’est un goût d’auteur là. Moi, je considère qu’on ne doit pas montrer son atout au spectateur, le laisser attendre, se poser des questions et enfin poser le goût de théâtre. Cependant, le fait de montrer Ren donne aussi la sensation au spectateur d’avoir une avance sur le héros. Par conséquent, les deux approches fonctionnent tout aussi bien et je donne juste là mon opinion d’auteur, rien de plus.

Bref, tout est parfaitement mené : scénario soigné aux oignons, originalité incroyable, psychologie époustouflante et musique qui colle idéalement aux ambiances voulues. Il n’y a que le graphisme qui gâche un peu le plaisir mais sinon c’est un super épisode qui n’a absolument rien à envier aux meilleurs de la licence.

Le seul tout petit bémol que je pourrais émettre, c’est de ne pas avoir utilisé le personnage de Tsurigi Zenjirou, qui est un kendoka. C’était l’épisode rêvé pour le faire apparaitre et confronter Taiki dans son refus de ne pas parler de la situation à ses deux amis. Cependant, vu que Zenjirou, par sa personnalité, a tendance à gâcher les scènes émotives pour les rendre cocasses, sa présence aurait gâché l’épisode. Ainsi, je pense que c’était sans doute mieux de ne pas l’inclure. Taiki aurait toutefois pu avoir une pensée pour lui, du genre « Dommage que Zenjirou se soit blessé cet année … » Une formule un bateau, quoi, mais ce qui aurait ainsi facilement expliqué son absence ».

Parfait ! Après l’épisode quatre génial, nous avons eu le droit à un assez mauvais épisode. Ici, c’est un épisode excellent… Alors le septième nous décevra t-il ?


La notation :

graphisme : 3/10
scénario : 10/10
musique : 10/10
originalité : 10/10
agréabilité : 10/10
bilan : 9/10

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates