Fanfics – Namida no tenshi

Namida no tenshi

écrit par Emilie


statut : complet
type :   drabble
chronologie :   épisode 27
date d’écriture : entre 2007 et 2010


– Pourquoi fais tu toujours cela ? s’exclama Sayuri.

Faisant face à la jeune femme, Satsuma était resté, pour un temps en arrière, après avoir confié ses directives à son équipe, afin de la rassurer ou d’au moins apaiser ses craintes, sachant qu’il ne pourrait jamais y réussir. Il n’existait qu’un seul remède pour cela et il ne connaissait aucun moyen pour le lui donner.

– Sayuri-san, je … je suis désolé, dit Satsuma.

Face à lui, Sayuri se montrait pour une fois en colère et ses yeux semblèrent lancer des éclairs à l’ex-capitaine du DATS. Près d’elle, Chika observa sa mère en se souvenant pas de l’avoir vu ainsi. Sur l’épaule de Satsuma, Kudamon n’arrivait pas à comprendre pourquoi son partenaire semblait si perturbé.

– Tu es toujours désolé ! Tu n’as absolument pas changé ! l’accusa Sayuri d’un ton sévère.

– Je sais … , murmura Satsuma. Si tu crois que je le fais exprès. Penses tu que cela me plait de d’annoncer toujours de mauvaises nouvelles ?

– Je ne le pense pas, répondit Sayuri. Cependant tu portes une part de responsabilité. Si tu aurai dit quelque chose, Masaru t’aurai écouté ! Il a confiance en toi comme Suguru-san !

– Masaru est le fils de son père, rappela Satsuma. Ils peuvent avoir confiance en moi, s’ils ont décidé une chose, rien ne les arrêtera.

Dans les yeux de son interlocutrice perlait plusieurs larmes, l’ex-taishoue serra les poings de rage, lorsqu’elle lui donna une violente gifle sur la joue droite.

– Tu me les prends toujours … toujours … , toujours …, répéta Sayuri.

De sa main gauche, Satsuma caressa sa joue endolorie et eut l’impression qu’une blessure venait de se rouvrir. Cette gifle venait de tomber sur une cicatrice du passé …

Dix ans plus tôt, Satsuma marchait, tête basse, en direction de la maison de la famille Daimon. Quand il y arriva, il sonna et Sayuri lui ouvrit, rayonnante, ce qui lui déchira le cœur en songeant à pourquoi il était là.

– Konnichiwa gozaimazu, Satsuma-san, le salua Sayuri.

– Konnichiwa, Sayuri-san, répondit Satsuma.

Rentrant à l’intérieur, tous deux s’installèrent dans le salon où Satsuma lui exposa le motif de sa venue: il lui parla de l’expédition et de ses difficultés puis aborda le sujet sensible: le professeur Daimon Suguru était resté là-bas. La jeune femme ne tarda pas à pleurer et il tenta de la consola, très maladroitement.

– Sayuri-san … je suis vraiment désolée … , murmura Satsuma.

– Tu es désolé ? fit Sayuri se mettant en colère. C’est pourtant ta faute ! Vous étiez amis ! Comment l’as tu laissé là-bas tout seul ? Pourquoi es tu là et lui là-bas ? Pourquoi ?

– Cela s’est passé si vite et … , commença Satsuma.

– Tu n’as pas d’excuse ! Tu as abandonné ton ami ! s’écria Sayuri au milieu des larmes. Toi qui est seul, tu as abandonné celui qui avait une famille !

Dans sa colère, la jeune femme se releva et dirigea son bras vers Satsuma pour lui donner une violente gifle lui laissant une belle marque rouge.

– A présent, sors de chez moi ! ordonna Sayuri. Masaru rentre bientôt de l’école ! Je ne veux pas qu’il voit quelqu’un comme toi !

Attristé de voir la jeune femme dans un tel état, Satsuma se leva sans protester, fit quelques pas dans la pièce puis se retourna vers elle.

– Je comprends … , dit Satsuma. Mais si un jour tu as besoin de quoi ce soit, tu pourras toujours venir. Je promets de toujours te venir en aide, Sayuri-san.

– Vas t-en ! cria t-elle pour toute réponse.

– Satsuma, ça va ? demanda Kudamon.

Depuis plusieurs minutes, son partenaire restait silencieux en caressant sa joue rougie sous l’effet de la gifle et il s’inquiétait sérieusement. Il n’était vraiment pas habitué à voir son partenaire aussi vulnérable.

Grâce à son partenaire, Satsuma revint à la réalité et regarda un court instant Sayuri puis détourna son regard d’elle.

– Je ne serai jamais le bienvenu ici, dit Satsuma. Je le comprends. D’ailleurs, je te fais la promesse de ne plus exister dans ta vie tant que ton mari et ton fils ne reviendront pas. Au revoir, Sayuri.

Ne cherchant même pas à attendre la réaction de la jeune femme, Satsuma quitta rapidement puis la maison et se laissa tomber contre la porte en poussant un long soupir.

– Satsuma, est que tu vas réellement bien ? demanda Kudamon.

Ne répondant absolument rien, son partenaire se contenta d’un vague grommellement.

– Satsuma, parle moi ! insista Kudamon. Dis moi quelque chose !

– C’est inutile, Kudamon, répondit Satsuma. Qu’importe que je te le dise ou non, la douleur qui ronge mon âme ne peut pas s’arrêter ainsi. C’est inutile que je te l’explique …

– Satsuma … , murmura Kudamon.

Baissant la tête, le petit renard digimon ne supportant vraiment pas de voir son partenaire dans un état aussi triste quand il redressa la tête et donna un coup sur sa joue gauche avec sa queue.

– Allez, remets toi ! s’exclama Kudamon. Nous avons encore du boulot à faire ! Allons rejoindre Masaru et les autres !

Stimulé par la proposition de son partenaire, Satsuma se redressa et lui sourit puis le fit évoluer en Reppamon avant de monter sur son dos.

– Merci, Kudamon, dit mentalement Satsuma avec un sourire. Merci d’avoir été là ce soir.

Fin de l’histoire