Accueil » Fanfics » Fanfics – Un conte de Noël Digimon

Fanfics – Un conte de Noël Digimon

Un conte de Noël Digimon

écrit par Emilie


statut : complet
type :   oneshot
chronologie :     deux à cinq après la fin de Digimon Savers
date d’écriture : entre 2007 et 2010


Adossé contre le bas du tronc d’un arbre millénaire, Masaru observait paresseusement et avec nostalgie le ciel du Digital World. Se tenant près de lui, Agumon cherchait à comprendre ce qui n’allait pas avec son partenaire.

_Aniki, qu’est que tu as ? demanda Agumon soucieux.
_Rien, Agumon … , répondit Masaru d’un ton ennuyé.
_Tu sais, aniki, je sais quand quelque chose ne va pas … et je vois ici que quelque chose ne va pas mais aussi quand quelque chose ne va pas, je sais aussi qu’il faut manger et le quelque chose qui ne va pas disparaît alors si aniki a quelque chose qui ne va pas, aniki doit manger et aniki n’aura plus de quelque chose qui ne va pas …
Redressant la tête, le jeune homme observa son partenaire en train de lui parler et songea qu’il ne parvenait pas à saisir un seul mot de son discours. Agacé, il posa sa main droite sur son front et donna un coup de poing au digimon du gauche.
_C’est Noël, Agumon … , révéla Masaru.
_C’est quoi Noël ? Ca se mange ? voulut savoir Agumon.
_Noël est une fête, Agumon, expliqua Masaru. Kaasan prépare un merveilleux repas, toosan nous raconte plein de contes et les enfants reçoivent beaucoup de cadeaux.
_Ah ! C’est si cool ! s’écria Agumon. Je veux le repas et les cadeaux !
_Ici, il n’y a ni gâteau ni cadeau, soupira Masaru.
_Oh ? Alors raconte moi un conte de Noël, aniki, s’exclama Agumon.
Surpris, le jeune homme regarda attentivement le digimon puis se radossa contre l’arbre en fermant les yeux quelques minutes avant de les rouvrir.
_Quelque part dans un autre monde vit une famille ordinaire comme il en existe des centaines. Kaasan était en train de préparer le repas …. , commença Masaru.

Debout devant le plan de travail de sa cuisine, Sayuri coupait des aliments avec l’aide de son couteau. Derrière elle, Suguru passait avec une tonne de cadeaux sur les bras et s’arrêta un moment pour faire un bisou dans le cou de son épouse avant de continuer sa route pour déposer son chargement au pied du sapin.

_Encore, aniki ! Encore, réclama Agumon en battant des mains.
_Durant ce temps, la petite fille … , reprit Masaru.

Dans sa chambre, Chika se préparait pour la petite fête de soirée puis se retint de rire en pensant au nombre d’invités. Elle ne pouvait pas être qualifiée de petite. En terminant d’ajuster sa coiffure, elle regarda plusieurs photos de son frère et de Piyomon en se demandant ce qu’ils pouvaient faire pendant qu’elle s’amuserait ce soir.

_Durant ce temps, une autre famille se préparait elle aussi !

Étonné de cette interruption dans son conte, Masaru se retourna et aperçut Kyoko et Salamon venir vers eux. La jeune femme s’assit en face de son ami en souriant tandis que Salamon se coucha près d’elle, les oreilles bien ouvertes.
_Le frère aîné était déjà prêt depuis qu’il était rentré de son travail, reprit Kyoko. Cependant sa jeune sœur semblait prendre tout son temps à changer sans cesse de costume.

Au milieu du salon des Tsukiyo trainaient en pêle-mêle plusieurs dizaines de costumes qu’avait essayé Tomoyo sans les trouver à son goût. Assis dans un fauteuil, Kyosuke attendait que sa sœur soit enfin prête pour partir.

_Mais qu’ elle est bête la sœur, rigola Agumon.
Au même moment, Salamon se glissa derrière lui et lui mordit la queue. Le digimon en hurla de douleur et se mit à sauter partout ce qui fit rire tout le monde. Au même moment, Gaomon en profita pour arriver avec Raramon et Kamemon. Le chien digimon se plaça à droite de Masaru, Raramon à sa gauche et Kamemon se mit entre Agumon et Kyoko.
_Puis-je continuer un peu l’histoire, Masaru ? demanda Gaomon.
_Vas y, l’autorisa Masaru avec un sourire.
_Volant dans le ciel, un avion était parti d’un pays européen une journée plus tôt, celui ci se rapprochant de la ville où avait lieu la fête, commença Gaomon.

A l’intérieur du jet privé de la famille Norstein, Tohma se laissait aller à penser à son partenaire et à sa mère. Près de lui, sa petite sœur Relena observait le ciel et le paysage sous eux.
_Onisama, tu es sure que je ne te gênerai pas ? fit Relena soucieuse.
_Bien sur que non, répondit Tohma. Nous passerons une bonne fête au Japon.
_Merveilleux, s’exclama Relena en se redressant dans son fauteuil roulant.

_J’aimerai tant faire quelque chose avec Yoshino … , soupira Raramon. Mais elle doit probablement travailler tard à cause de taishou … C’est le pire !
_Laisse-moi m’en occuper, répliqua Kudamon du haut de l’arbre.
Se tenant sur une branche de l’arbre, le petit digimon sauta sauta au sol et se plaça entre Gaomon et Masaru. Au même moment, les Pawnchessmon les rejoignirent aussi pour s’installer entre Salamon et Gaomon.
_Tu veux faire le conte avec nous ? s’étonna Masaru.
_Bien sur que oui, répondit Kudamon amusé.
_Je me demande bien ce qu’il va inventer, songea Kyoko impatiente.

_Alors que partout à travers ce monde, les gens cessaient de travailler tôt pour célébrer Noël, dans un poste de police, un supérieur faisait faire du zèle à ses subordonnées sans n’éprouver visiblement aucune pitié pour elles.
_Si c’est pas malheureux de travailler un jour pareil … , soupira Yoshino.
_Taishou pourrait faire une exception … , songea Megumi.
_Tout travail doit être fini avant de quitter son poste … , rappela Miki ennuyée.
Installé derrière son bureau, Satsuma regarda sa montre puis tourna la tête vers ses trois employées sous ses ordres et sourit légèrement
_Yoshino, quel jour sommes nous ?
_Le 24 Décembre, taishou … , répondit Yoshino en maudissant intérieurement son supérieur.
_Et que fait on aujourd’hui ?
_On se réunit entre amis et famille pour faire la tête … , dit Miki.
_Je vais le tuer, grommela Megumi.
_Alors pourquoi restez-vous ici si tard ? leur demanda Satsuma d’une voix étonnée.
_Euh Taishou … Vous nous dites toujours de terminer notre travail avant de quitter notre poste alors nous ne pouvons pas partir, rappela Miki.
_Mais c’est Noël aujourd’hui, rappela Satsuma d’une voix particulièrement douce. Alors partez sans rien finir et considérez que c’est mon cadeau.
_Et qui va finir notre travail ? s’informa Yoshino.
_Ne vous inquiétez pas pour ça, assura Satsuma d’un rare sourire.
_Merci beaucoup, taishou, s’écrièrent les trois jeunes filles émerveillées.

_Taishou peut agir ainsi ? s’écria Salamon en état de choc.
_L’esprit de Noël doit vraiment exister … , songea Gaomon pensif.
_Je n’ai pas fini, intervint Kudamon. Quand les filles furent parties, un vieil homme, l’ami et mentor de l’homme, rentra dans la pièce …

_Malgré mon vieil âge, tu vas réussir à me faire croire à l’esprit de Noël, Satsuma-kun, constata Yushima particulièrement amusé.
_Je ne comprends pas ce que tu veux dire, Yushima-sempai, s’étonna Satsuma.
_Tu viens de donner congé à ton personnel … En plus, tu as dit qu’elles n’avaient pas à s’en faire pour leur travail … donc c’est toi qui va finir tout ça, reprit Yushima. Je suis vraiment stupéfait !
_Tu crois que je vais faire ça ? fit Satsuma d’un ton malicieux.
_Qui va finir leur travail alors ? demanda Yushima troublé.
_On dirait qu’elles feront de très longues heures supplémentaires demain pour finir le travail d’aujourd’hui et celui de demain, répondit Satsuma particulièrement amusé.

Lorsque Kudamon eut achevé son récit, toute l’assistance s’était mise à rire aux éclats. C’était tout à fait le genre de leur supérieur de se comporter d’une telle manière. Même Falcomon et Piyomon qui venaient tout juste d’arriver riaient aussi de bon cœur
_Taishou ne changera jamais, rigola Kyoko.
_Je connais Satsuma mieux que personne, déclara Kudamon. Si vous pensez que je suis sournois, n’oubliez pas que lui et moi sommes des partenaires.
_A présent, je peux continuer l’histoire, s’exclama Raramon toute joyeuse.
_Vas y, l’encouragea Masaru en se tournant vers elle.

_Lorsque les filles furent sorties, la plus jeune conduisit la voiture qui devait les emmenait à la fête donnée par leurs amis … , commença Raramon.
_On va y être sans avoir trop de retard, songea Megumi. Quel bonheur !
_Taishou est humain … Il sait que c’est inhumain de travailler à Noël, affirma Miki.
_Ou alors nous le payerons demain, émit Yoshino. Probablement il ne finira rien et va nous rejoindre chez les Daimon … et demain soir, nous finirons très tard.
_Il a dit qu’on avait pas à s’en faire pour notre travail, rappela Megumi. Donc il fera tout !
_Non … Nous n’avons pas à nous en faire pour aujourd’hui …, corrigea Yoshino. Par conséquent, amusons nous le plus possible ce soir car demain sera une très longue journée.

_Les écrevisses sont vraiment idiotes, proclama Kyoko.
_Mais ma Yoshino comprend tout si vite, reprit Raramon excitée.
_Pendant tous ces événements, le vieil homme qui avait rejoint l’homme policier avait eu une journée chargée avant de rejoindre son ami, intervint Kamemon.

Tout le long de la journée, Yushima se tenait assis sur le port et ne cessait de pêcher du poisson. Sa besace était déjà presque pleine. Soudain il regarda l’heure et songea qu’il serait temps de partir.
_Je vais passer au commissariat, estima Yushima. Tel je connais Satsuma-kun, il sera incapable de relâcher ses victimes avant la fin de leur supplice.

_Kamemon a parlé, s’étonna Kyoko. Tu dois bien aimer ça !
_Kamemon, faisons un récit ensemble, proposa Kudamon.
_D’accord, accepta Kamemon._Au commissariat, l’homme policier s’apprêta à partir avec son ami … , commença Kudamon.

_La soirée est à quelle heure déjà ? fit Satsuma.
_Tu as déjà vu que nos fêtes avaient une heure ? se moqua Yushima.
_Non, c’est vrai … , reconnut Satsuma. Je …
Soudain Satsuma s’immobilisa car il venait de remarquer la besace que portait son ami, une besace empestant terriblement le poisson.
_Yushima-sempai, qu’est que tu transportes avec toi ? s’exclama Satsuma.
_Du poisson. Je pense que cela variera de nos repas habituels, expliqua Yushima.
_Ceux où tu rapportes toujours du poisson ? fit Satsuma d’un ton désespéré
_C’est l’intention qui compte, insista Yushima. Puis je trouve que c’est un beau cadeau.
_OK … Marche à dix mètres de moi … , soupira Satsuma.
Au fur et à mesure qu’ils disaient leur récit en faisant réagir chacun son propre partenaire, Kudamon et Kamemon attrapaient un fou rire si bien qu’ils furent incapables de continuer bien longtemps se roulant de rire sur l’herbe.
_A moi ! A moi ! s’écria Falcomon. Je veux le faire !
_Vas y, Falcomon, accepta Masaru.
_Dans une voiture qui l’emmenait à la fête, un jeune garçon pressait ses parents … , dit Falcomon.

_Plus vite, Toosan ! Plus vite ! cria Ikuto impatient.
_Calme toi un peu, Ikuto, fit Mizunu. Nous ne sommes pas en retard.
_Mais kaasan, si nous ne nous dépêchons, il pourrait ne plus avoir de cadeaux pour nous ! Allez ! Dépêche toi, toosan ! insista Ikuto.
_Cadeaux ! Toosan, dépêche-toi ! Répéta Yuka à côté de son frère.

_Ikuto est vraiment un gamin, commenta Raramon.
_Aniki, reprends le conte ! Vas y, s’exclama Agumon.
_OK, Agumon, accepta Masaru. Alors à la maison de toosan et kaasan, les premiers invitèrent qui arrivèrent furent …

_J’arrive ! cria Suguru.
Agenouillé au pied du sapin à terminer sa décoration, il se demanda qui pouvait être déjà arrivé alors qu’il était seulement vingt heures. Personne n’arrivait jamais avec un minimum d’une heure de retard ici. C’était une sorte de règle, malédiction ou quelque chose de ce genre. Il se releva et alla ouvrir pour découvrir Tohma vêtu d’un costume avec sa petite sœur Relena en fauteuil roulant portant une jolie robe.
_J’aurai du me douter que seuls vous pouvez être à l’heure, estima Suguru.
_Pour être correct avec un Daimon, il faut faire usage des règles conventionnelles à l’envers, se rappela Tohma subitement. Avec un tel modèle, je me demande pourquoi Masaru n’est pas plus bête qu’il ne l’est déjà.
_Konbawa Suguru-san, salua Relena. Merri Kurususima !
Une demi-heure plus tard, ce fut la famille Noguchi qui arriva suivie de peu par Kyosuke, sa petite amie et Tomoyo. Le jeune homme avait fini par embarquer sa sœur habillée en lutin même si elle n’était vraiment pas contente du costume et ne cessait de faire des reproches à son frère. Elle se calma tout de même très vite en apercevant Yuka pour jouer avec elle. Mizunu était partie donner un coup de main à Sayuri, les deux hommes discutaient ensemble et Ikuto et Chika observaient à travers la vitre de la porte-fenêtre en essayant d’apercevoir le Père Noël.
Un peu plus tard, la sonnerie retentit à nouveau et ce fut Satsuma qui entra, suivi de quelques minutes par Yushima.
_C’est quoi cette odeur, Satsuma-kun ? fit Suguru en se pinçant le nez.
_Cadeau de notre ami, soupira Satsuma.
_Le même que d’habitude ?
_ Devine … , soupira encore Satsuma.
_Tu crois que je peux …
_Agis comme un homme, Suguru-kun, l’interrompit Satsuma d’une lueur diabolique dans les yeux.
Aussitôt Suguru courut vers Yushima et lui arracha sa besace avant de l’envoyer dans la rivière toute proche d’eux.
_Ah non ! Mes poissons ! s’horrifia Yushima.
_C’est Noël ! On mange de la dinde ! Pas du poisson ! lança Suguru.
_Alors pourquoi es tu encore là ? Tu devrais être dans le four ! répliqua Yushima.
_Quels enfants, estima Satsuma amusé.
Au même moment, Yoshino, Miki et Megumi et arrivèrent. Les deux filles parurent surprises de voir leur supérieur qu’elles venaient juste de quitter.
_Taishou ? Que faites-vous là ? S’étonna Miki.
_Je fête Noël avec mes amis, répondit Satsuma. Pas vous ?
_Yoshino, ferme la, lança Megumi en jetant un regard noir à Yoshino.
_Et cesse de sourire, ajouta Miki en imitant son amie.
_Mais je ne dis rien, dit Yoshino d’un ton faussement innocent Au fait, n’oubliez pas de m’apporter mes étrennes demain !

_Ainsi tous les amis de la famille passèrent ensemble ce Noël. Ils s’amusèrent beaucoup. Ils reçurent tous de beaux cadeaux et le diner préparé par kaasan fut vraiment merveilleux, conclut Masaru. Merri Kurususima Minna !
_C’était un beau conte, aniki, s’exclama Agumon.
_Master … , murmura Gaomon. Je me demande si il pense à moi …
_Yoshino … , songea Raramon. Tu t’amuses bien ?
_Ikuto … , soupira Falcomon. Le Père Noël t’a vraiment donné de beaux cadeaux ?
_Chika … , murmura Piyomon. J’espère que tu vas bien …
_Satsuma … , dit pour lui-même Kudamon. Ris un peu plus cette année …
_Hiroshi … , fit Kamemon. J’aimerai te revoir …

Pendant ce temps, dans la maison des Daimon, tout le monde était vraiment réunie pour de vrai là-bas pour fêter Noël. Suguru, Satsuma, Tohma, Kenji et Yushima discutaient ensembles, assis sur le canapé et les deux fauteuils. Kyosuke avait choisi d’aider Sayuri et Mizunu à préparer et servir le repas. Miki et Megumi mangeaient beaucoup de gâteaux. Tomoyo et Yoshino jouaient avec la petite Yuka tandis que Chika et Ikuto scrutaient le ciel à travers la vitre de la porte-fenêtre cherchant à distinguer l’ombre du Père Noël. Soudain la petite fille se retourna vers les adultes.
_Ne, on n’a pas encore eu de conte de Noël, s’exclama Chika.
_Oh oui ! J’en veux un, réclama Ikuto excitée.
_Tu en connais un bon, Suguru-kun ? fit Satsuma
_Eh bien …. , commença Suguru en réfléchissant.
_Moi, j’en connais un ! s’exclama Chika dont les yeux scintillaient
_Oh ! Dis le, Chika ! Raconte ! s’écria Ikuto sautant presque comme une puce.
S’écartant légèrement du groupe, Chika se retourna et observa le ciel à travers la porte-fenêtre.
_Quelque part dans un autre monde vit un garçon, un jeune héros, décidé à explorer le monde avec son meilleur ami, un gentil lézard … , commença Chika.

Fin de l’histoire

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates