Accueil » Digimon Xros Wars : Toki o Kakeru Shonen Hunter-tachi » Hunters épisode 12 – analyse par Emilie

Hunters épisode 12 – analyse par Emilie

Digimon Hunters épisode 12 – Oishii ? Mazui ? Deijimon ramen shobu !

Délicieux ? Mauvais ? Le combat digimon de ramen !

écrit par Emilie

vlcsnap-2014-12-09-15h34m58s93


Commençons ce douzième épisode qui, comme vous le remarquez par le titre, nous donne un indice sur sa qualité.


Analyse point par point de l’épisode :

L’épisode commence à Digiquartz où un Fugamon et un Ogremon tentent de faire manger à des digimon un bol de ramen que chacun a préparé lui-même mais aucun digimon ne s’arrête. Ils se décident à goûter mais constatent que ni l’un ni l’autre des deux ramens ne va. Cela les convaint de demander l’aide d’un humain.

Quelle séquence passionnante ! L’équipe d’animation a décidé de ne plus faire de scène d’ouverture intéressante en laissant planer un petit suspense. On rentre direct dans le vif du sujet. Vous le sentez la baisse de la qualité ? Et ce n’est qu’un début…

Après la présentation du titre, nous retrouvons Tagiru et Yuu dans leur salle de classe. Les cours viennent apparemment de se terminer. Tagiru se demande sur ce qu’il pourrait faire entre rentrer et jouer avec Gumdramon ou aller chasser des digimon mais son estomac lui conseille plutôt de manger. Personnellement, j’aimerais lui suggérer de lâcher Arresterdramon sur l’équipe d’animation de Digimon Hunters… Ce serait une vengeance si agréable…

Tagiru se tourne alors vers le seul élève qui reste dans la classe, qui est toujours assis à sa table, et lui demande s’il peut venir au restaurant de sa famille. Le garçon, qui se nomme Masaru, ne semble pas très enthousiaste mais quand on lui pose la question à pourquoi cela ne le motive pas, il répond qu’il n’a qu’à venir voir. Hum… Bravo ! Vous avez encore échoué à montrer une réaction correcte ! Que tu ne veuilles pas parler de tes problèmes, d’accord.  Je le conçois totalement. Mais en règle générale, quand tu es dans cet état d’esprit, tu es soit pas à prendre des pincettes soit tu ne dis rien du tout. En fait… en fait, si le petit Masaru voulait vraiment fuir les questions, il ne resterait pas assis à sa table avec une moue de six pieds de long. Il trouverait plutôt un endroit discret pour s’isoler. Rester dans la salle de classe, cela conduira fatalement à ce qu’un autre élève ou, pire, un professeur l’interroge.

Mais passons.

Tagiru et Yuu commencent à dire « si Taiki-san était là, il dirait … » et Taiki apparait juste à ce moment précis pour dire sa fameuse réplique. Merci Deux Ex Machina !

Nos héros finissent par suivre Masaru qui les emmène au restaurant de sa famille. En face, ils aperçoivent une longue file d’attente devant un autre restaurant de ramen et Masaru révèle qu’ils n’ont plus un seul client depuis son ouverture. Moi, en voyant la queue, j’ai un petit problème.

vlcsnap-2014-12-09-15h42m04s114

Tagiru et ses amis sont bien au niveau que les gens de cette file d’attente, non ? Et dans cette file, il y a pas mal d’adultes, pas vrai ? Alors pourquoi nos héros ont cette taille ? Il n’y a aucun respect des perspectives ! Devant une telle image, j’ai l’impression que le groupe de Tagiru y a été inséré par un très mauvais photoshoppage.

A l’intérieur, nos héros mangent un délicieux ramen même si Yuu semble un peu plus sceptique. Après, Grumdramon se fait entendre et réclame de manger lui aussi des ramens. Masaru et son père réagissent à peine… Eh bien, j’imagine que l’on pourrait penser que c’est un appel de téléphone mais il y aurait peut-être fallu montrer une petite réaction à ce sujet. Vous ne pensez pas ? Moi, si j’entends quelqu’un parler sans voir la personne, je vais au moins demander à celui qui est en face de moi ce qui se passe.Un peu comme quand Pyokomon avait hurlé sur un bébé dans Digimon Adventure et où Sora avait improvisé un numéro de ventriloque.

Mais à nouveau, passons. Après tout, ce n’est pas la pire des incohérences que nous avons déjà ou voir.

Tagiru demande pourquoi il n’y a pas plus de clients alors que les ramens sont délicieux et le patron répond qu’il veut faire des ramens qui réchauffent le coeur des gens mais cela ne semble pas beaucoup plaire. Euh…. Je ne suis pas certaine de comprendre cette réponse, c’est une phrase un peu toute faite. On passe ? Il déclare ensuite qu’il devra sûrement bientôt fermer, ce qui désole son fils. Taiki et Tagiru commencent à avoir l’idée de trouver un moyen de ramener davantage de clients mais Yuu ne semble pas très emballé. Il finit par déclarer qu’il trouvera de meilleures idées que celles de Tagiru et tous deux se donnent un délais de trois jours. Sérieusement, Yuu, depuis l’épisode cinq, ne sert plus qu’à émettre des vais négatifs et à critiquer Tagiru ! C’est lourd ! En plus, il possède un large potentiel que l’équipe d’animation s’interdit d’exploiter. C’est comme une personne qui trouverait un puits de pétrole dans son jardin refuserait de le vendre ! C’est tout aussi stupide !

La nuit, alors que le père de Masaru essaie de préparer un autre ramen, il est aspiré de force à Digiquartz puis accueilli par Fugamon et Ogremon. Tous le forcent à manger leur nouvelle recette et il trouve les nouilles délicieuses mais le goût le fait comme exploser.

vlcsnap-2014-12-09-15h59m54s209

Oui, exploser… Je vais mourir… Pitié ! Cette série va m’achever ! Et un humain en éruption, un ! Quand je pense que j’adore les dessins animés réalistes, avec de la logique, de la profondeur, de l’humour à la fois potache et intelligent… J’ai l’impression d’être tombée dans les profondeurs abyssales de l’Enfer. Ce genre de scènes, sérieusement, elles me font souffrir. Du haut de mes 6 ou 7 ans, la fois où j’ai vu mon premier cartoon, j’ai trouvé le concept con et pas marrant. Oui, j’étais une gamine qui adorait réfléchir et trouver une logique aux choses. L’humour cartoonesque ne m’a donc jamais fait rire. J’ai même du mal à comprendre comment on arrive à rire d’un cigare qui explose, de l’explosion d’une bombe ou du saut d’une falaise. A présent que je suis adulte, je sais qu’il s’agit d’un humour décalé, que ce n’est pas du premier degré… Mais non ! Cela ne passe toujours pas. C’est pourquoi j’ai toujours autant aimé Digimon : car la série, originellement, était à un million de lieux de l’univers cartoon.

Ah ! J’y pense à présent que j’évoque les changements de registres de la série : avez-vous remarqué que la tranche de diffusion de Digimon avait changé au Japon ? les cinq premières saisons passaient le Dimanche matin à 9 heures. Au contraire, Digimon Xross Wars était diffusé à 7 heures et Digimon Hunters à 6h30. Pourquoi je vous dis cela ? Eh bien, tout simplement ceci indique que le public visé n’est pas le même. La tranche de six à sept heures est réservée aux jeunes enfants. En fait, au Japon, plus on monte dans la journée, plus les programmes deviennent sérieux. Par exemple, Détective Conan est diffusé en soirée entre 19 et 20 heures car c’est un animé qui touche à la fois enfants et adultes mais il traite de sujets sensibles. Par conséquent, on le diffuse à une heure où les japonais, traditionnellement, soupent, afin que les enfants voient l’épisode en famille et que les parents expliquent à l’enfant ce qu’il pourrait ne pas comprendre ou mal interpréter. Contrairement à l’occident, les japonais considèrent rarement la télévision comme une babysitter et les parents s’intéressent énormément à ce que leurs enfants regardent. Ils prennent ainsi le temps d’en discuter. C’est pourquoi, il y a des tranches horaires aussi adaptées et qu’on peut déterminer le public ciblée par via l’heure de diffusion du dit programme. Autre exemple : Death Note était autrefois diffusé à minuit. Pourquoi ? Parce que l’animé et le manga ne sont clairement pas adaptés aux enfants. Par conséquent, la diffusion s’est faite à un horaire où aucun n’est susceptible de tomber dessus. Par contre, de 6 à 7 heures, l’heure où passait Digimon Hunters, c’est pile la tranche des jeunes enfants, c’est à dire les programmes comme Franklin la tortue.

Voilà. Je termine ici mon paragraphe. Vous avez mesuré la régression de la licence à présent ?

Retournons à l’épisode !

L’humain et les deux digimon passent une sorte d’échange. Eux préparent les nouilles pour lui et lui la soupe pour eux afin que leurs commerces respectifs puissent fleurir. L’idée de ce marché me séduit plutôt bien, c’est mieux et plus original que la prise de contrôle. Par ailleurs, l’humain garde sa volonté. Cependant, la manière dont s’est mise en scène… C’est niais !

Un autre jour, après la fin des cours, nos héros font un débriefing de leurs idées pour booster le restaurant. L’idée de Tagiru est assez stupide, pour changer, alors que Yuu émet la possibilité que la soupe est bonne mais que les nouilles laissent à désirer. Il propose donc de trouver un moyen de corriger ce défaut. Tagiru et Yuu continuent à s’affronter pour savoir qui a la meilleure idée et Yuu décide que ce sera Masaru qui choisira. Cependant, ce dernier est déjà rentré car il doit aider au restaurant.

A leur surprise, le restaurant est bondé et les clients font la queue à l’extérieur. Alors, au fait, je me permets une remarque à ce niveau. Ils sont à Tokyo ! Il y a plusieurs centaines de restaurants de sushis, ramens et de tout plein d’autres spécialités… Or, ces restaurants, ayant une faible capacité de remplissage, subissent de fréquents allers-venues des clients. D’ailleurs, petite statistique amusante : Tokyo compte un peu plus de 160 000 restaurants, chiffres de 2011. C’est la première ville au monde à avoir autant de restaurant. Alors, raisonnablement, uand on voit qu’un restaurant est complet, les gens n’attendent pas bêtement en file indienne mais ils vont chercher un autre restaurant. Tout simplement ! En général, il y a deux ou trois par rues ! Je sais que les japonais sont des personnes très patientes et très fatalistes mais là, non ! Non ! Non ! Attendre des heures devant un restaurant au lieu d’en chercher un autre, ce n’est pas faire preuve de patience ou de persévérance mais juste de stupidité congénitale !

Nos héros goûtent les nouveaux ramens et les trouvent délicieux même si la recette semble avoir changé. Yuu détaille la qualité du ramen tandis que Masaru annonce à Tagiru qu’ils n’ont finalement pas besoin de ses idées. Cependant, il révèle que son père s’énerve de plus en plus après les clients mécontents alors qu’avant il était attentifs à leurs demandes. Nos héros assistent même à une de ces colères. Masaru ajoute que son père n’a pas dormi depuis plusieurs jours et disparait la nuit pour revenir au matin avec des ingrédients pour les ramens.

Petite aparté : le manque de sommeil, ne serait-ce qu’une nuit, une seule nuit, de moins de six heures affecte grandement le corps humain. Votre apparence se modifie, votre humeur change aussi, vous devenez très irascible, vous perdez des neurones, (sérieusement, dormir peu tue des neurones !) vous devenez vulnérable au rhume, aux accidents… Cela donne un tableau assez sympathique, n’est-ce pas ? Sauf que dans cet épisode, il y a aucun changement dans l’attitude ou l’apparence du père de Masaru, excepté ses colères ! Alors que d’après ce dont je viens de vous résumer, il devrait avoir un visage peu reposé et multipliait les gaffes, les accidents, laisser échapper un plat des mains… Mais non, il a l’air aussi vif que s’il avait dormi douze heures.

On retourne à l’épisode ?

Nos héros comprennent que quelque chose de louche se cache derrière cette histoire et décident d’enquêter.

La nuit, enfin une nuit, le restaurateur prépare de la soupe et nos héros observent de la rue… Regardez un peu :

vlcsnap-2015-01-10-14h42m24s245

Voilà ! On savait déjà que les humains de ce monde possédaient tous des yeux pouvant voir les objets ou les gens de loin, n’est-ce pas ? Eh bien, apparemment, leurs yeux voient à travers les vitres sombres à distance ! Je ne vais pas émettre de commentaire sur le sujet. Je pense que l’image et ma dernière phrase résument assez bien ma pensée.

Ils aperçoivent ensuite une lueur de l’intérieur et se précipitent pour rejoindre Digiquartz par une porte restée ouverte. Oui, à une heure tardive, les portes restent ouvertes, bien sur ! Après, c’est pour faciliter la tâche des héros, je le comprends, mais je pense que des séries comme Digimon Zero Two ou Digimon Savers n’auraient pas choisi la facilité. Elles auraient préféré compliquer la tâche des héros en le forçant à trouver avant un moyen d’entrer. En fait, c’est là une règle d’écriture majeure : pour rendre votre intrigue et vos personnages passionnants, arrangez-vous pour incorporer plein de péripéties avant d’atteindre les objectifs visés. Plus il y a d’obstacles, plus ce sera amusant.

A Digiquartz, ils tombent sur un restaurant de ramens où des digimon attendent bien sagement en file indienne d’entrer.

vlcsnap-2015-01-10-14h58m32s7

Ils entendent alors du bruit à l’intérieur et découvrent qu’il s’agit de Fugamon et Orgremon battant la pâte pour faire des nouilles. Le père de Masaru est aussi là préparant la soupe. Des Goblimon mangent chacun un ramen et le trouvent trop épicé mais délicieux. Un d’eux a quelques réserves mais Fugamon et Ogremon le menacent et l’obligent à reconnaitre que c’était bon. Taiki et les autres essaient de convaincre le restaurateur que cet endroit n’est pas pour les humains et qu’il va s’épuiser, ce qui devrait être déjà le cas mais je ne reviens pas sur ce point, mais celui-ci refuse de partir car les digimon l’aident à s’améliorer comme lui les aide à améliorer leur soupe. Ils sont ensuite chassés.

Un peu plus tard, nos héros racontent tout à Masaru mais finissent par dire qu’ils ne peuvent rien faire, les deux commerces ne sont pas une mauvaise chose. D’accord… Fugamon, Ogremon et le restaurateur n’engueulent pas et ne menacent pas les clients ? Pas vraiment le genre d’attitudes qu’ils sont censés approuver, non ? Enfin, Masaru rappelle justement ça et dit que son père n’est plus son père. Il ajoute qu’il aimerait que celui-ci goûte les ramens qu’il a préparé. Son père revient ensuite et Masaru le défie et lui demande de couper ses relations avec les digimon s’il gagne sinon il ne lui dira plus rien.

Un peu plus tard, à Digiquartz, le concours est sur le point de démarrer et Masaru demande à son père d’être le juge car celui-ci est le meilleur pour reconnaitre un bon ramen. Un participant qui est aussi un juge… En vérité, cette attention du fils pour son père pourrait être une bonne scène mais tout est si mal amené que c’est juste un effort maladroit et stupide. Sous les ordres de Masaru, nos héros aident à la préparation du ramen et la scène est assez sympatique, en plus, nous apprenons en même temps à préparer un bon ramen,, sauf pour l’utilisation d’Arresterdramon pour couper les nouilles. Là, pour moi, c’est un peu trop.

Vient le moment de goûter les deux ramens et après avoir testé le sien, il avale celui de Masaru et réalise qu’il s’agit de celui qu’il préparait autrefois, sauf qu’il y a un ingrédient en plus. Masaru révèle que ce sont des clams, des sortes de mollusques (si vous trouvez l’explication exacte, je suis preneuse parce que les fruits de mer c’est pas ma spécialité) Le père demande à son fils pourquoi celui-ci l’affronte avec ce ramen et Masaru répond qu’il aime les ramens qu’il préparait avant. Le père rappelle que son ramen ne ramenait aucun client mais Masaru dit que ces ramens faisaient plaisir à ceux qui les mangeaient et il veut retrouver le père qui chérissait ses clients.

Fugamon et Ogremon, qui s’impatientent, réclament de savoir qui a gagné. Le restaurateur déclare que le ramen de Masaru ne peut être servi à des clients mais ils ont eux aussi perdu car ils frappent ceux qui n’aiment pas leur ramen. Il ajoute qu’il préfère un ramen qui fait plaisir et que celui de Masaru a réchauffé son coeur. Le père et le fils tombent ensuite dans les bras l’un de l’autre. Seigneur… c’est tellement bien-pensant cette séquence, pleine de mièvreries. J’aime pas, J’aime pas du tout ! J’adore les scènes pleines d’émotions, surtout avec les relations parents-enfants, mais là il n’y a aucune émotion. Rien.

Bien sur, Fugamon et Ogremon ne comprennent rien et attaquent pour empêcher le restaurateur de retourner au monde réel. Les digimon interviennent et combattent mais malgré un début difficile ils les mettent hors d’état de nuire en approximativement trente secondes. Après quoi, Tagiru les capture tous les deux. Cette scène, elle est horriblement bâclée. J’ai eu l’impression que l’équipe d’animation s’est dit « Merde ! Y a pas eu de combat ! Vite on en fait un rapidos ! » En gros, cette scène a été réalisé comme un élève, assis dans un escalier, se dépêcherait de faire son devoir à rendre d’ici quelques minutes alors qu’il avait une semaine pour le faire. D’ailleurs, je pense que toute la série a dû écrite sur ce même principe.

Au monde réel, le restaurateur s’excuse d’avoir causé tous ces ennuis puis dit à Masaru qu’il lui a appris qu’il préférait faire de bons ramens faisant plaisir aux clients. Tagiru dit ensuite que Fugamon et Ogremon ont appris la leçon eux aussi. Tous deux s’excusent depuis le X Loader puis enseignent comment améliorer ses ramens. Et au final, on assiste au restaurant qui est à nouveau complet tandis que Taiki se réjouit que les humains et les digimon peuvent faire de bonnes choses en travaillant ensemble.


Conclusion de l’épisode 12 :

Cet épisode était mauvais, exécrable même. En plus, il reprend quasiment toute l’intrigue d’un des épisodes de Digimon Savers. Sauf que dans Digimon Savers, elle est absolument brillante. Les personnages sont bien travaillés et on ressent toute l’émotion du fils qui voit son père s’éloigner et qui souhaite marcher malgré tout sur ses traces. L’épisode consistait en de nombreuses scènes de discussions mais elles étaient parfaites et m’ont presque arraché des larmes.

Cependant, dans cet épisode, j’ai davantage eu envie de m’écraser la main sur le visage que d’essuyer une larme. Il n’y a aucun suivi de la relation nouée entre le restaurateur et les digimon alors qu’elle aurait pu être intéressante à développer, les sentiments du petit Masaru ne sont pas assez approfondis. Ce n’est qu’une succession de scènes, rythmées par l’action et ce n’est pas intéressant.C’était même ennuyeux.

Lors de mon premier visionnage, pour être sincère, je n’ai fait pratiquement que regarder le timer pour voir combien de temps il restait. Dès le début … Et je l’ai encore fait pour ce commentaire !  C’est une sensation très douloureuse.

Autre point qui m’agace : Yuu, qui est pourtant un excellent personage, ne sert à rien du tout.D’accord, dans cet épisode, il mentionne la consistance des nouilles, les recettes… mais à part ça il n’apporte rien à l’intrigue. De toute manière, comme je l’ai déjà dit, Yuu, depuis la fin de l’épisode cinq, si on le supprimait de la série, on ne verrait pas la différence. Il n’est plus utilisé, ou alors il sert de moralisateur.


La notation :

graphisme : 3/10
scénario : 3/10
musique : 10/10
originalité : 1/10
agréabilité : 1/10
bilan : 3/10

3 commentaires

  1. Voilà donc un bon article, bien passionnant. J’ai beaucoup aimé et n’hésiterai pas à le recommander, c’est pas mal du tout ! Elsa Mondriet

  2. Enfin un article intéressant, je ne vais pas hésiter à le recommander, c’est vraiment bien.

  3. Comme souvent un article digne d’intérêt. Merci sincèrement d’avoir pris le temps d’écrire ces quelques mots. Au plaisir de lire le prochain billet .

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Free WordPress Themes - Download High-quality Templates